novembre 2006                                               Toutes les    de Jean Belotti                 

    Crash de New York... suite du 11 septembre 2001 ? 

 

MA LETTRE  novembre 2006  
    *Les ouvrages de Jean Belotti  

Le 11 octobre 2006, un monomoteur s'écrase contre le 21ième étage d’un immeuble de 50 étages d'un quartier de Manhattan, à New York (a). Premier bilan : Deux personnes y ont trouvé la mort, dont une star du baseball qui se trouvait à bord. Neuf personnes ont été blessées, ainsi que quatorze pompiers et deux officiers de police. 
Craignant qu’il s’agisse d’un nouvel attentat terroriste, des centaines de personnes qui étaient dans l’immeuble, prises de panique, sont spontanément descendues dans la rue, où une quarantaine de compagnies de pompiers bouclèrent rapidement le périmètre autour de l'immeuble. 
Aussitôt, un incendie s'est déclaré dans la tour. Tous les immeubles voisins ont été évacués et le quartier bloqué. 
Bien sûr, avec les accidents survenus aux Etats-Unis depuis 5 ans (b), cet événement a ravivé le drame du 11 septembre 2001 dans la mémoire collective. S’inscrit-il dans la suite des actions terroristes ? 
Les autorités américaines ont aussitôt exclu tout lien entre cet événement et un acte terroriste. Si cette affirmation rassurante peut s’expliquer et se justifier pour ne pas inquiéter le public, il reste que cette hâtive conclusion appelle quelques commentaires.

* Ce qui est connu, d’après les médias :

- Le petit avion, un Cirrus SR20, appartenait à un célèbre joueur de baseball des Yankees de New York, Cory Lidle, 34 ans, lui même pilote depuis quelques mois, qui a trouvé la mort dans l'accident. 
- L'autre victime, à bord de l'avion, est le pilote instructeur M. Lidle. 
- L'avion après avoir décollé de l'aéroport de Teterboro, dans l'Etat du New Jersey, a volé autour de la Statue de la Liberté, puis s'est dirigé vers le lieu où s’est produit l'écrasement, dans l'est de Manhattan, avant de disparaître des écrans-radars (c). 
- L’avion a percuté la tour, de plein fouet (car une violente explosion a été entendue par de nombreux témoins) où, aussitôt, au niveau de l’impact, des flammes se sont échappées de deux étages de l'immeuble percuté, dégageant une fumée noire visible de très loin.

* Ce qui est inconnu :

- Qui pilotait l’avion ? 
- Dans cet avion de quatre places, y avait-il un autre, voire deux autres passagers à bord ?

* Interprétation des faits

Alors, à ce stade, il convient tout d’abord : 
- de s’étonner que les autorités américaines - tellement vigilantes et tatillonnes quant à l’application des mesures de contrôles draconiennes imposées aux passagers arrivant sur leur territoire - n’aient pas interdit le survol de cette zone par des petits appareils, lesquels représentent également un risque potentiel non négligeable (d). 
- de faire remarquer que dès lors que lesdites autorités déclarent qu’il ne s’agit pas d’un acte terroriste, on ne voit pas pourquoi le gouvernement américain a, aussitôt, envoyé par précaution des avions de chasse survoler plusieurs villes américaines et a relevé le niveau de sécurité de manière significative à New York. 

Quant à l’hypothèse de l’accident, elle ne peut être validée qu’après réponse à la question : "Pourquoi l’avion a-t-il percuté l’immeuble en vol horizontal ?"
 
1.- "Aucun des deux pilotes n’a vu l’immeuble, l’avion volant dans les nuages". Cause rejetée, car il est certain que la visibilité était excellente. 
2 - "Arrêt du moteur". Il peut être dû à plusieurs causes : panne mécanique, défaut d’alimentation en carburant, le réservoir étant vide,... Dans ce cas, la réaction du pilote est de choisir l’endroit le plus propice ou le moins dangereux pour effectuer un atterrissage de fortune. Les pilotes de monomoteurs volant uniquement à vue sont normalement entraînés à observer, pendant tout le vol, le relief et les indications leur permettant d’estimer la force et la direction du vent (fumées) en se disant : "en cas de panne moteur, maintenant, je choisirais de me poser sur ce champ,... sur cette autoroute" (e). 
Au sujet du vol concerné, en cas d’arrêt du moteur, surtout avec la présence d’un pilote instructeur, ce dernier, de l’endroit où volait l’avion : 
- aurait eu le temps de passer un message à la tour de contrôle avec laquelle il était en liaison, ce qui devrait être facile à vérifier ; 
- avait le choix entre se poser sur l’East River, toute proche... voire sur une route, même encombrée de voitures, à vitesse réduite à la limite du décrochage. 
Cette cause de l’arrêt d’un moteur ne peut également être retenue pour justifier le crash, car : 
- en cas de panne moteur, l’avion ne peut continuer son vol en ligne droite ; 
- de plus, on ne voit pas pourquoi, un pilote, constatant que son moteur s’est brutalement arrêté dirigerait son avion pour s’encastrer dans un immeuble !

3.- "Décrochage de l’avion" (f). Cause ne pouvant être retenue car, dans ce cas, l’avion n’est pas en vol horizontal.

4.- "L'inhibition". Elle conduit à l'erreur et naît d'une absence momentanée du pilote, due au fait que dans certaines configurations de vol - au cours d'approches longues et difficiles - il est "débordé".Tout se déroule très vite et il lui est impossible de saisir complètement ce qui se passe dans son champ de perception. Le cerveau ne pouvant gérer séquentiellement qu'un certain nombre de facteurs, les autres ne sont pas pris en compte, pendant un certain laps de temps. On constate, alors, une sorte de focalisation, de fixation sur un élément particulier au détriment des autres éléments à prendre en compte qui, eux, semblent oubliés. Cause également non retenue car le vol était très court, il n’y avait pas de situation complexe à gérer et il y avait deux pilotes à bord.

5.- "Incapacité subtile" (g) Plusieurs cas d'incapacité évidente (décès) ou d'"incapacité subtile" connus ont conduit à une sensibilisation des équipages à ce phénomène, pendant les phases critiques de vol. Cause rejetée pour les mêmes raisons que l’"inhibition".

6.- "Décision suicidaire personnelle". Quelques cas sont connus, ayant pour origine de graves difficultés personnelles de différentes natures. Etant donné qu’il y avait deux pilotes à bord, l’action suicidaire d’un des deux pilotes aurait été contrée par l’autre pilote, sauf à envisager : 
- qu’un désaccord de l’un des pilotes, a été suivi d’une lutte entre eux ayant abouti à neutraliser celui qui s’opposait à l’acte suicidaire ; 
- que les deux pilotes avaient - d’un commun accord - choisi cette option, conformément à une décision collective, telle que suggérée - voire organisée - dans certaines sectes. 
L’enquête devrait permettre d’obtenir des informations quant au champ relationnel des deux pilotes et quant à leur bilan "psy".

7.- "Décision suicidaire terroriste". Une fois - espérons le - écartée celle des pilotes, il reste à prendre en compte la présence d’un ou de deux autres passagers à bord de l’avion, lesquels, après avoir neutralisé les deux pilotes auraient dirigé l’avion jusqu’à son écrasement contre l’immeuble. L’enquête déterminera probablement le nombre de personnes qui étaient effectivement à bord de cet avion.

* Conclusion

Certes, on ne peut écarter l’existence d’autres causes que l’enquête révélera probablement et, dans cette attente, il convient de rester prudent quant à celles effectivement à l’origine de cet événement.

Cela étant dit, il reste à mettre en exergue les conséquences sur l’industrie : 
- Le doute qui existe sur la cause déclarée de cet événement, contribue à augmenter la crainte de nouveaux attentats terroristes dans les avions. 
- Des initiatives - après avoir été abandonnées - reviennent sur le tapis, telle que la présence à bord de policiers en civil, armés. J’ai décrit les effets néfastes d’une telle décision (h), sans oublier les coûts supplémentaires, qui seraient, une nouvelle fois, supportés pas les compagnies et les passagers. 
- La peur de l’attentat terroriste avec comme cible un avion, entraîne le durcissement des mesures de sûreté dans les aéroports : nouvelles mesures sur la limitation des fluides et liquides en cabine ; diminution de la taille autorisée des bagages en cabine ; plusieurs fouilles successives ;  intrusion dans la vie privée des passagers, au sujet desquels jusqu’à 60 données personnelles sont prévues par dossier de réservation, alors qu’actuellement déjà 34 données, sur chacun des passagers, sont transmises aux autorités outre-Atlantique par les transporteurs desservant les Etats-Unis ; allongement des formalités d’embarquement... jusqu’à 3 heures ! 
- Avec les taxes de plus en plus élevées (des autorités, aéroports, compagnies (i)) supportées par les passagers, cela ne peut que contribuer à une désaffection du voyage aérien. Pas forcément pour les hommes d’affaires qui ont des obligations professionnelles de déplacement, mais pour les touristes. C’est alors que les plus pénalisés seront les intervenants de l’industrie des voyagistes.

Finalement, même si d’aucuns admettent que toutes les autorités et organismes impliqués ne peuvent pas faire autrement que de renforcer ces mesures de sûreté, quels qu’en soient les effets pervers, force est de constater : 
- qu’aucune réponse, à ce jour, n’a été apportée à la question de savoir combien, effectivement, d’actions terroristes en vol ont été évitées grâce aux systèmes mis en oeuvre (j) ; 
- qu’aucune information n’a été communiquée relative à une analyse du niveau du risque d’attentats terroristes en vol, en fonction du degré d’intérêt porté par les kamikazes à ce mode de transport, après les quatre détournements du 11 septembre 2001 (k). 
Lorsque l’on a vu le film "La bataille de l’eau lourde" ou "Les canons de Navaronne" où une poignée d’hommes arrive à faire exploser une usine super-protégée ou les canons de contrôle du détroit de Gibraltar, il est permis de penser que si un attentat terroriste sur un avion était envisagé ce n’est pas à travers les filtres de police actuels que les terroristes auraient eu accès à l’avion....

La santé du transport aérien est très fragile. Depuis une cinquantaine d’années, il ne cesse de sortir de crises et, à peine rétabli, doit faire face à des contraintes de toutes natures, de plus en plus pénalisantes, aussi bien pour la sécurité des vols, la sûreté, que pour le bon fonctionnement général de tout ce qui touche au voyage.

Il reste à renouveler l’espoir que les efforts engagés par les gouvernements permettront, qu’enfin, la paix règne sur la terre.

_______

  a.- Immeuble "Le Belaire" 72ième rue /York Avenue, qui longe l'East River, à l'est de Manhattan. retour dans le texte     
  b.
- 12 novembre 2001 : Deux mois après le drame du 11 septembre, un A-300 d’American Airlines, s'écrase peu après son décollage de l'aéroport JFK, sur une zone résidentielle du Queens à New York. Les 251 passagers et 9 membres d'équipage sont tués. 
- 8 janvier 2003 : Un Beech 1900 d’US Airways s'écrase sur un hangar, peu après son décollage. Les 2 pilotes et les 19 passagers sont tués. 
- 19 octobre 2004 : Un BAe Jetstream 32 opérant pour American Connexion, une petite compagnie privée, s'écrase à quelques kilomètres de l'aéroport de Kirksville en raison du manque de visibilité. Les 2 pilotes et 11 des 13 passagers sont tués. 
- 19 décembre 2005 : Un hydravion Grumman G-73T Mallard opérant pour Ocean Airways s'abîme en mer près de Miami, peu après son décollage. Les 2 membres d'équipage et les 18 passagers sont tués. 
- 27 août 2006 : Une cinquantaine de personnes sont tuées dans la chute d'un avion de transport régional, peu après son décollage de l'aéroport de Lexington (Kentucky, centre-est).  retour dans le texte 
 
c- Dixit le maire de New York, Michael Bloomberg,  retour dans le texte    
  d.- "Le survol de Manhattan est autorisé pour les petits appareils", aurait indiqué la porte-parole de l'autorité fédérale de l'aviation américaine (FAA), Diane Sticaliere.  retour dans le texte  
  e.- Conformément à ce qui nous avait été enseigné pendant le stage d’instructeur au Centre National de Saint-Yan, lorsque j’étais instructeur dans un aéro club, lors des exercices de navigation, je posais plusieurs fois cette question à l’élève pilote et je commentais sa réponse en lui transmettant mes conseils, afin d’affiner son jugement. Lors des vols d’entraînement dans la zone d’aérodrome, plusieurs fois, je réduisais brutalement les gaz, en observant le comportement de l’élève et en vérifiant qu’il ne s’engage pas dans une manoeuvre dangereuse.   retour dans le texte   
  f.- Le décrochage survient lorsque la vitesse passe en dessous d’une certaine valeur, bien connue des pilotes. L’avion ne volant plus, tombe généralement en avant, mais tout pilote connaît la manoeuvre à faire pour sortir de cette situation.  retour dans le texte   
  g.- L'"incapacité subtile" traduit un fonctionnement partiel du cortex cérébral du pilote, ce qui est un des cas les plus dangereux qui puisse exister. En effet, le pilote garde les yeux ouverts, ses mains restent sur les commandes et il paraît parfaitement normal. Mais, il n'a aucune réaction face aux événements et aux modifications de son environnement. Seule la vigilance du deuxième pilote permet d'en faire le constat, le plus rapidement possible, surtout dans les phases cruciales du vol.  retour dans le texte
  h.- Ma chronique de mars 2004 : "Pilotes de ligne : ni shérifs, ni suicidaires".   retour dans le texte  
  i.- Les compagnies supportent les coûts liés aux dépenses sécuritaires engagées (portes blindées, personnels supplémentaires, pertes dues aux retards induits par la longueur des contrôle et à la désaffection de passagers ayant choisi un autre mode de transport ou simplement reporté, voire annulé leur voyage). Elles répercutent donc une partie de ces coûts supplémentaires sur le prix des billets, comme, également, lors de la forte augmentation du prix du carburant.  retour dans le texte    
  j.- Question autrement posée : "Le jeu en vaut-il la chandelle ?". La réponse dépend peut-être de celle faite à la question suivante : "Combien de vies humaines auraient été sauvées dans le transport routier si les dizaines de millions de dollars dépensés depuis 5 ans avaient été affectés à améliorer le réseau routier, les moyens des SAMU ; à intervenir auprès des constructeurs afin qu’au lieu de construire des voitures qui atteignent les 200 km/heure, ils les renforcent ; à contribuer au financement de routes contournant les agglomérations, dans lesquels les récentes statistiques dévoilent - à tout le moins en France - que le taux d’accident est en augmentation, alors qu’il est en baisse sur les grands axes.... etc...   retour dans le texte   
  k. - Ma chronique de septembre 2006 : "11 septembre 2006, cinq ans déjà".  retour dans le texte   

   MA LETTRE DE NOVEMBRE 2006        TOP  

Bonjour,

1.- Chronique de novembre 2006

Beaucoup dentre vous ont t amens me poser des questions au sujet de cet avion qui, rcemment, a percut une tour New York. Les rponses dpassant le cadre de cette Lettre, cela ma conduit y consacrer une chronique, intitule : "Crash de New York... suite du 11 septembre 2001 ?".

2.- Suite des questions sur le DAKOTA    

Philippe JUNG, Prsident de la Commission Histoire de lAAAF (Association Aronautique et Astronautique de France), nous apporte les prcisions suivantes : "Les versions militaires ont t C-41, C-47 C-53, C-68, C-84, C-117, C-129 et planeur CG-17 dans l'US Army Air Corps, devenu USAF; R4D dans l'US Navy. Le premier avion mtallique a t l'Esnault-Pelterie REP 1 (le 22.10.1907), le chasseur Junkers J.I le 1er tout mtal (le 12.12.1915), et, en matire de transport, ce fut le Junkers F.13 (le 25.6.1919), le 1er bimoteur de transport moderne tant le Boeing 247 (le 8.2.1933) - lequel causa d'ailleurs la naissance du DC-1 et la suite ! (d'autre part, qu'est le "RHD" du DST-144 ? DST = "Douglas Sleeper Transport", transport de nuit transcontinental, avec couchettes pour American Airlines). Production : 10.655 USA + 487 Japon + 6.157 URSS = 17.299".

3.- Questions   

  "En 2007, les passagers pourront utiliser Internet bord des avions de ligne. soit combien dannes aprs le cinma bord ?".

Cest la compagnie TAI qui, la premire, a offert le cinma bord ses passagers, le 5 dcembre 1957 (Concorde n̊ 193 - 11/05/06). "Prsence des retraits Air France" (n̊ 146 - septembre 2006) ajoute que notre compagnie Nationale a t une des premires grandes compagnies internationales introduire les distractions bord, le 2 mai 1966, sur un Boeing 707, qui effectuait la liaison quotidienne Paris-New York.

4.- Ouvrages

==> "DC1 - DC2 - DC3 The first seventy years"

Philippe JUNG nous signale galement que lassociation historique n 1 mondiale, "Air Britain" (mais avec une branche franaise), vient de sortir la bible, en 2 volumes, sur le DC-3, avec la liste de production et carrire de tous les DC-3 construits. Air Britain Sales 41 Penshurst Road Leigh, Tonbridge Kent, TN11 8HL UK www.air-britain.co.uk.

==> "Les secrets de lAropostale" Ralis par Guillemette de Bure, petite fille de Marcel BOUILLOUX-LAFONT, ancien patron de lAropostale, cet ouvrage reprsente un travail de 20 ans de recherche, avec accs aux archives de Berlin, Londres... de voyages sur place. Lhistoire de lAropostale correspond des moments forts de lessor de laviation commerciale des annes vingt et trente et de grands pionniers franais de laviation commerciale. Au-del de laviation, il constitue aussi un tableau des murs politiques de lpoque en mme temps quune fresque historique tout fait nouvelle.  Parution, le 16 novembre 2006. Editions PRIVAT 14,90  

==> "Autour de l'avion" par Grard DESBOIS, Chef mcanicien navigant d'essais A340, A380, et aussi jeune pilote, reporter de ses propres aventures ailes, qui manie la plume et le verbe pour exprimer ses passions. Il fait partie de ces potes de l'aviation qui savent garder la technologie sa juste place et jouir du plaisir de voler, en regardant le ciel, les nuages et la terre, sans jamais perdre de vue l'immense privilge de pouvoir rejoindre les oiseaux. Laissez-vous piloter au fil des pages avec l'auteur aux commandes et aux manettes, en partageant l'univers aronautique tel qu'il le voit... 248 pages 24 pages hors texte de photos couleurs. Editeur : "Bleu-ciel ditions". Commande sur : www.bleu-ciel-editions.com

5.- Sites

* Site de photos ariennes de Bernard CHARLES : www.art-avia.eu

* Site Concorde : www.club-concorde.org

6.- Philatlie

La Poste a rendu hommage l'oeuvre ralise, depuis plus de 25 ans, par les bnvoles d'Aviation sans frontires, en mettant un timbre 0,54 . Cr par Pierre Andr COUSIN, le timbre - imprim en hliogravure - restitue l'me de l'association tout entire tourne vers le soulagement des situations de dtresse ou d'urgence humanitaire.

Bien cordialement.

Jean Belotti         

* Vous n’êtes plus intéressé par ces "Lettres" et "Chroniques" que vous recevez depuis longtemps ? Alors - pour ne pas vous encombrer de messages inutiles et me permettre d’actualiser ma Banque de Données - je vous remercie de prendre quelques instants de votre temps pour répondre à ce message en tapant "FIN" dans la case "Objet", ainsi, votre adresse E-mail sera aussitôt supprimée de mes fichiers. 
* En revanche, si vous connaissez des personnes intéressées par ce monde de l’aviation, continuez à me communiquer leurs adresses E-mail. Ainsi, elles en seront automatiquement et gracieusement destinataires.

 TOP     


Toutes les pages ne sont pas rfrences, en particulier celles qui sont en accs restreint. 
recherche plus vaste 



Site search Web search

Note de Henri Eisenbeis
* 25 mai 2006 Recherchons équipiers pour une randonnée en 4x4, Paris-Dakar, 70ème anniversaire du dernier envol de «la croix du sud» piloté par Jean Mermoz, du 20 novembre au 10 décembre 2007.
  
 
Video (haut dbit) 
*   Sukhoi Su-30   Les figures Cobra, Bell, Kulbit (ou Culbit)  
*   Vol de Mirage III en formation  basse altitude dans les Alpes. 
*   3  Contes aronautiques  dont French Fighters... 
*   La patrouille acrobatique russe STRIZHI sur MiG-29s  En russe mais les images n'ont pas besoin de traduction.. (17 mn) 
TOP  
Pour les passionnés d'aviation et/ou les amoureux du livre " une passion du ciel" ou le parcours d'un pianiste de bar a Hanoï par Jean Belotti - Docteur d'Etat ès Sciences Economiques- avec ses indéniables qualités littéraires, son sens de l'analyse et de la synthèse, son style limpide. 

boutique aéro

 

        
              Les autres ouvrages de Jean Belotti     



 

 

Nom et Prénom (en majuscules) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .

Code postal : . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Commande un exemplaire de l’ouvrage à dédicacer au nom de : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

En ajoutant : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Et en écrivant de la part de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse du récipiendaire (si différente de l’adresse ci-dessus) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Code postal : . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Signature : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

 

RETOUR CHRONIQUES JEAN BELOTTI   OU     Tables des matières     TOP    

 

 

 

 



 

 



Toutes les pages ne sont pas rfrences, en particulier celles qui sont en accs restreint. 
recherche plus vaste 



Site search Web search

TOP