mis à jour / updated :


AEROPOSTALE relevés «rigoureusement copiés» dans la presse de l'époque, source http://gallica.bnf.fr/  
Contre les vérités habillées en mensonge ou les vérités mal comprises par nombre d'auteurs, conscients ou inconscients colporteurs qui, par paresse intellectuelle ou autres choses, dont surtout l'intérêt, mélangent tout !!! 
Année de parution
   Gallica ==>  1931 (89)1932 (85)1933 (36)1928 (23)1930 (20)1929 (9)1938 (4)1937 (3)1936 (2)1927 (1)+ 
Ci-dessous ==>  1927 (1 &+)   1928 (23)  1929 (9) 1930 (20)  1931 (89) 1932 (85) 1933 (36) 1936 (2) 1937 (3) 1939 (4)
    Page continuellement en construction - Always in progess  

contact Index
Google-Translate-English to French  Traduire français en German  Traduire français en Italian Traduire français en Spanish Traduire français en Portuguese Traduire français en Norwegian Traduire français en danish Traduire français en Dutch Traduire français en Finnish Traduire français en Arabic Traduire français en Croatian Traduire français en Czech Traduire français en Polish Traduire français en Romanian Traduire français en Greek Traduire français en Hindi Google-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Korean BETA Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA  Traduire français en Swedish Traduire français en Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Arabic

1927   
1927/11/21
La liaison postale France-Amérique du Sud. Un télégramme de Rio-de-Janeiro nous apprend que cette semaine ont commencé sur le continent sud-américain les premiers voyages officiellement reconnus de la ligne aérienne France-Buenos-Aires. Deux départs ont eu lieu l'un sur le secteur Nord, l'autre sur le secteur Sud. Les 2.300 kilomètres de Rio à Natal du secteur Nord ont été effectués régulièrement avec les esscales de ̃Rio-de-Janeiro, Victoria, Caravellas, Balifa et Macelo de même que les 2.250 kilomètres de parcours du secteur Sud avec les escales de Santos, Florianopolis, Porto-Alègre, Pelotas et Montevideo. Parti de Rio mardi, l'avion est arrivé mercredi à Buenos-Aires, mettant d'ores et déjà les deux capitales de Rio et Buenos-Aires à un jour de distance l'une de l'autre, alors qu'elles sont à cinq jours de distance par le bateau.
      En ce qui concerne la liaison maritine, les avisos de la marine viennent d'être mis lundi dernier à la disposition de la Compagnie générale aéropostale, et vont partir incessamment pour Saint-Louis. Le programme suit donc son exécution normale, la date de mise en service régulier ayant été prévue pour le  milieu de janvier. Matches found in this document: 1












    


1928

1928/01/27
  1931/12/06 ...le pilote, arraché de son siège par un coup de vent, causait la chute de l'avion et la mort du passager....
Le droit en matière de navigation aérienne
Confirmant un jugement du tribunal de commerce, la 1ère Chambre de la Cour d'appel vient de rendre un arrêt fixant la jurisprudence en matière de navigation aérienne.
Le 27 janvier 1928, un avion de la Compagnie aéropostale, à bord duquel avait pris place le lieutenant Breton, fils d'un conseiller à la Cour d'Agen, était pris dans une tempête au-dessus de Roquetas (Espagne) et le pilote, arraché de son siège par un coup de vent, causait la chute de l'avion et la mort du passager.
Les héritiers Breton assignaient la Compagnie aéropostale en 566.000 francs de dommages-intérêts pour faute personnelle, estimant que la Compagnie n'aurait pas dû laisser prendre le départ à l'avion par suite de circonstances atmosphériques défavorables. Me Lignières avait soutenu leur prétention.
Me Jean-Charles Legrand, qui plaidait pour la Compagnie, avait réppndu que la tempête qui avait causé l'accident était un cas fortuit constituant un «risque de l'air» analogue et assimilable au «risque de la mer».
Adoptant la thèse de la Compagnie aéropostale, la 1ère Chambre de la Cour a débouté les héritiers Breton de leur appel et les a condamnés aux frais du procès.

1928/06/17
page 3
Une victoire de l'aviation française. La liaison Europe-France-Amérique du Sud la possession et le contrôle des lignes aériennes est pour l'avenir d'une  nation d'importance capitale....  lutte engagée entre notre aviation nationale et l'aviation allemande... Le 1er novembre 1927 enfin, la ligne Natal-Buenos-Aires... La jonction entre les tronçons France-Afrique et le tronçon de l'Amérique du Sud était établie le 1" mars 1928, par la collaboration mixte de  l'hydravion et de l'aviso... Pour réaliser une telle ligne, il a fallu vaincre d'innombrables difficultés. Il est facile sur le papier de tracer un trait qui unit cités et continents en réalité, c'est une tâche extrêmement compliquée qui demande autant d'ingéniosité que de méthode et d'énergie.... Le personnel affecté à ce service comprend outre les chefs de bases 72 pilotes, 200 mécaniciens, 50 radios, 400 manoeuvres, 40 officiers de marine, 300 marins.... Le matériel se. compose de 200 avions, 10 hydravions, 500 moteurs, 6 avisos rapides, 4 dépanneurs, 6 vedettes, 3 citernes à mazout, 2 citernes à eau... Il nous a paru singulièrement intéressant, particulièrement instructif et réconfortant, d'insister sur l'oeuvre accomplie par une Compagnie française qui a si bien servi le prestige du pays et son expansion économique.



1928/07/29 page 4
Les liaisons aériennes du Portugal. Un appareil de la Compagnie générale aéropostale vient d'arriver à Lisbonne. Cet avion est destiné à l'étude des lignes intérieures du Portugal, en liaison avec les lignes de la Compagnie Générale Aéropostale vers la France, l'Afrique et l'Amérique du Sud.



1928/08/26 page 4
ENVOYEZ vos LETTRES et COLIS AU MAROC, EN ALGÉRIE, a DAKAR L'AMERIQUE DU SUD PAR AVION COMPAGNIE GENERALE AÉROPOSTALE 02, Avenue «les Champs-Elysées PARIS Renseignements dans tous les Bureaux de Poste



1928/09/15
page 2
Le rachat des aviateurs Reine et Serre. Casablanca, 14 septembre. L'aviso de la division navale ayant à son bord M. Tête, représentant de la Compagnie Générale Aéropostale, est parti hier pour la côte du Rio-del-Oro. M.. Tête va tâcher de terminer les négociations relatives au rachat des aviateurs Reine et Serre, prisonniers des Maures depuis fin juin. On signale, d'autre part, que les prétentions des Maures ont été ramenées à des proportions plus  raisonnables en ce qui concerne les armes et les munitions demandées tout d'abord, et on espère, cette fois trouver un terrain d'entente.

page 7
Notre liaison avec l'Amérique du Sud... la Compagnie générale Aéropostale a pour la première fois relié Buenos-Ayres à Asuncion. Un appareil de cette  compagnie, piloté par l'aviateur Mermoz, un des as notre aviation commerciale, et ayant à bord le capitaine Almonacid et M. Pranville, directeur de l'Aéropostale, parti de Buenos-Aires lej 12 septembre à 7 h. 40, est en effet parvenu à  Âsuncion le même jour a 16 h, 15. Malgré une pluie torrentielle,  la distance de 1.300 km, qui sépare la capitale de l'Argentine de celle du Paraguay a été couverte en 8 h. 35, soit à une moyenne horaire supérieure à 150 kilomètres.



1928/09/19 page 2
Au secours de Reine et de Serre. Casablanca, 17 septembre. On sait à présent que deux avisos français, Cigogne et Revelly viennent d'arriver sur les côtes du Rio-del-Oro, dans les parages de la gion oùnos deux malheureux pilotes Reine et Serre sont retenus prisonniers par les Maures. L'un d'eux a à son bord1 un représentant de la Compagnie aéropostale, qui a pleins pouvoirs pour effectuer le rachat... Le moral de Reine reste bon, mais son camarade Serre est très nerveux et supporte sa captivité avec beaucoup moins de patience.... 



1928/10/16 page 6
AVIATION. La Compagnie générale aéropostale vient d'améliorer les conditions d'exploitation de son réseau. Elle a inauguré, à la date du 1er octobre, sur sa ligne quotidienne Toulouse-Casablanca, un service de luxe pour passagers. Ce service fonctionne actuellement dans chaque sens, les mercredis et  samedis au départ de Toulouse et les jeudis et dimanches au départ de Casablanca. Les avions sont de spacieuses limousines à cinq places étudiées  pour le transport des passagers. Ils peuvent rivaliser pour le confort et l'aménagement avec les avions en service sur les lignes commerciales françaises et étrangères. Ces nouveaux appareils seront mis progressivement en service sur tout le réseau de la Compagnie générale aéropostale.



1928/10/17 page 2
Le service postal. aérien Assomption-Buenos-Ayres  La Compagnie générale « Aéropostale » vient d'obtenir du gouvernement paraguayen la concession  pour dix ans renouvelable du transport postal entre la capitale, Assomption, et Buenos-Ayres (1,200 kilomètres), ce qui va relier le Paraguay à l'Europe par la voie des airs. La compagnie française avait comme concurrents deux Italiens, deux Américains, un Allemand et un Anglais.



1928/11/25 page 6
AVIATION Le banquet de la Compagnie aéropostale. La Compagnie générale aéropostale a donné vendredi soir, dans les salons du Carlton, un banquet en l'honneur des aviateurs Reine et Serre... assistaient un grand nombre de personnalités de l'aéronautique...MM. Laurent-Eynac, ministre de l'air M. Bouilloux-Lafont, A. Bouilloux-Lafont, P.-E. Flandin, Lacoste, Lioré. les aviateurs Reine et Serre évidemment, Challes, Larre- Borgas, Gonin, etc.


1929



1929/01/02
page 3
Inauguration d'une ligne aéropostale française. Buenos-Aires, 1er janvier. On mande d'Assomption que la ligne aéropostale française reliant le Paraguay et l'Argentine à l'Europe a été inaugurée.



1929/01/28 page 4
Paris-Rio de Janeiro par avion et avisos. Nous avons annoncé ces jours derniers que le comte de la Vaulx, président de la Fédération aéronautique internationale, avait quitté Paris pour s'embarquer à bord d'un avion de l'Aéropostale, à destination de Dakar, Natal, Rio-de-Janeiro, Buenos-Aires, en vue de visiter les aéro-clubs de l'Amérique du Sud affiliés à la F.A.I.



1929/04/08 page 6
La Compagnie générale aéropostale... jours de part de ses courriers aériens à destination de l'Afrique occidentale française et de l'Amérique du Sud...



1929/05/09 page 9
France-Congo-Madagascar ... Dans ces conditions, l'Aéropostale compte commencer au début de 1930, conformément au programme du gouvernement, une exploitation régulière sur cette ligne qui, avec celle de Dakar et de l'Amérique du Sud, doit former le  Réseau d'Occident».


1930



1930/06/27 page 3
LES RECORDS D'AVIATION. On sait qu'à la suite des magnifiques performances réalisées par Costes sur son Bréguet-Hispano. la France se trouve maintenant en tête de toutes les nations, avec 28 records sur 85. dont le record de distance en ligne droite, qui reste à la fois le plus difficile el le plus envié.... Cc succès, venant un-mois après la première traversée aéropostale de l'Atlanlique-Sud. réussie par Mermoz sur un appareil semblable...



1930/07/06 page 8
Inauguration du service aérien Madrid-Londres.... Ce voyage marque l'inauguration du service Madrid-Biarritz-Bordeaux-Paris, assuré par la Compagnie Générale Aéropostale... Entre Biarritz et Londres, cette ligne deviendra quotidienne dans les deux sens à partir du 25 juillet.



1930/07/10
page 1
L'aviateur Mermoz est obligé d'amerrir. La Compagnie générale Aéropostale communique l'information suivante: Après avoir effectué les trois quarts de la traversée de l'Atlantique, le pilote Mermoz. a amerrir, par suite d'une fuite d'huile, auprès d'un des navires de l'Aéropostale chargé d'assurer la sécurité de la traversée. Grâce à la T. S. F. et spécialement à la radiogoniométrie, l'hydravion avait pu rester en contact permanent avec ces différents bateaux et il a pu ainsi avoir sans difficulté recours à l'aide de l'un d'entre eux. L'équipage et le courrier ont été transbordés à bord du navire. Les dispositions sont prises pour que le transport du courrier vers l'Europe ne souffre pas de retard. Mermoz avait quitté la côte sud-américaine mardi à 19 heures (heure de Greenwich) pour effectuer la liaison Natal-Dakar. Après un début de voyage sans incident grave et qui faisait espérer une brillante réussite, la panne banale, à la merci de laquelle se trouvent tous les pilotes, est venue interrompre, sans mal heureusement grâce aux précautions prises, une tentative qui, si elle avait été réussie, devait assurer à la liaison aérienne France-Amérique un regain d'activité. Ce n'est que partie remise d'ailleurs, et Mermoz dont la ténacité fut déjà à rude épreuve sur les lignes aériennes  sud-américaines ne se découragera pas pour si peu.  Ayant brillamment effectué le 13 mai dernier, à bord de ce même hydravion commercial, la liaison d'Est en Ouest, il voudra, le premier, effectuer celle beaucoup plus difficile à cause des vents contraires à cette latitude, d'Ouest en Est. A. R.



1930/07/26 page 3
Après la traversée de l'Atlantique sud par Mermoz. Hier soir, au cours d'un dîner présidé par M. Laurent-Eynac, ministre de l'air, a été fêté le glorieux  équipage Mermoz, Dabry et Gimié, qui réalisa, dans les glorieuses conditions que l'on sait, la première et double liaison postale entièrement aérienne  d'Europe en Amérique du Sud. A l'issue du repas prirent successivement la parole M. Bouilloux-Laffont, président de la Compagnie générale aéropostale  M. Souza-Dantas, ambassadeur du Brésil Laurent-Eynac, ministre de l'air, qui, tous fort éloquemment dirent le rite du valeureux équipage, l'immense  portée de son exploit magnifique, si heureux pour l'entretien des relations amicales et même affectueuses qui unissent déjà la France et les nations  d'Amérique latine, et aussi glorifièrent la vaillante et infatigable phalange des aviateurs des lignes commerciales, qui, dans le silence, modestement mais
inlassablement, poursuivent une tâche héroïque, quotidienne et féconde. Mermoz, à qui fut annoncée sa prochaine promotion au grade d'officier de la  Légion d'honneur, répondit au nom de l'équipage. Il le fit en termes charmants et simples et tint à associer à la fête dont MM. Dabry et Gimié étaient actuellement l'objet, tous ses camarades de toutes les lignes aériennes. Parmi les convives, on notait.. Louis Blériot, qui, en ce jour exactement, il y a vingt et un ans, réalisait la première traversée de la Manche M. L. Bréguet Lacoste, directeur de la Société des moteurs Hispano-Suiza, P. L. Weiller,...



1930/08/03 page 8
ENVOYEZ vos LETTRES ET COLIS En ALGERIE, en ESPAGNE, AU MAROC, en A.O.F et en AMÉRIQUE DU SUD par AVION COMPAGNIE GÉNÉRALE AÉROPOSTALE
5, av. Friedland. T. Elys. 52-72 et la suite



1930/08/10 page 4
Un incendie à bord de l'aviso «Epernay», Natal, 9 août. L'aviso Epernay, de l'Aéropostale, qui assure le service maritime entre le Brésil et Dakar, n'a pu  partir hier matin par suite d'un incendie qui s'était déclaré à son bord. A la Compagnie Générale Aéropostale, on nous déclare que cet accident retardera la distribution du courrier aérien d'Amérique du Sud qui devait arriver en France au début de la semaine



1930/08/24 page 7
La liaison aérienne avec l'Amérique du Sud. La Compagnie générale aéropostale prépare, activement, l'exploitation commerciale par hydravions de la  traversée transatlantique Dakar-Natal et vice-versa. D'autre part quatre nouveaux avisos à moteur Diesel vont entrer en service à partir du 1" septembre.  Ces navires sont destinés à assurer la marche normale du courrier selon la formule actuelle et à participer à la sécurité des hydravions lorsque ceux-ci seront utilisés. Malgré l'incendie de l'aviso Epernay et en attendant l'emploi régulier des hydravions, la Compagnie générale aéropostale a pris toutes les dispositions nécessaires pour que le transport des courriers soit réalisé sans retards importants ses services reprendront d'ailleurs toute leur régularité  habituelle dès le 1" septembre prochain.



1930/09/12 page 8
France-Amérique du Sud. Poursuivant régulièrement la réalisation de son programme commercial sur l'Atlantique Sud, la Compagnie Générale Aéropostale vient de mettre en service au cours du dernier voyage Europe-Amérique du Sud l'un de ses quatre nouveaux Aviso, «L'Aéropostale-I». Sur le tronçon  Dakar-Natal, seul parcours qui ne soit pas encore accompli en vol, le navire a effectué la traversée en un temps record qui a permis d'améliorer sensiblement la durée du voyage total. C'est ainsi que le courrier expédié de France le 31 août est arrivé à Buenos-Ayres le 7 septembre. Ces nouveaux avisos prévus pour assurer tout prochainement la sécurité des hydravions destinés à franchir l'Atlantique et actuellement en cours de réception, sont utilisés à titre provisoire au transport. du courrier entre Dakar et Natal. Construits tout spécialement pour les besoins de la Compagnie, ces navires  permettront dès maintenant d'accélérer sensiblement les communications.



1930/12/13 page 4
Si l'on peut de nos jours se rendre de France en Amérique du Sud en dix jours, dans des conditions de confort et de sécurité parfaites, c'est à Latécoère qu'on le doit. Latécoère. dont les avions de la ligne aéropostale sillonnent aujourd'hui.... 



1930/12/29 page 3
Les avions de l'escadrille Balbo ont essuyé hier une tempête de grêle qui les a immobilisés à Boloma (Guinée Portugaise). Ils ont demandé l'envoi d'hélices de rechange. Un avion de la Compagnie Aéropostale est parti de Casablanca avant-hier, avec un mécanicien et sept hélices, mais il a s'arrêter dans la région de Draa. (6 janvier 1931: Le maréchal italien Italo Balbo traversera l'Atlantique Sud avec une escadrille de 16 hydravions)





1931



1931/02/15 page 4
Voici les statistiques du trafic de l'Aéropostale pour la semaine du 2 au 8 février. Lettres transportées France-Amérique du Sud 20.352 Amérique du Sud France 20.708 France-Maroc 121.076; France-Algérie 16.756 Frànce-A-O.F. 17.818. Soit un total de 205.708 lettres transportées. plus PUB 



1931/02/16 page 4
NOUVELLES MILITAIRES.... Le général Hirschauer, inspecteur général de l'aéronautique, est parti de Marseille pour Alger sur l'hydravion de la ligne aéropostale....Il reviendra après avoir effectué une tournée d'inspection dans l'Afrique du Nord par la ligne aéropostale au départ de Casablanca.



1931/02/18 page 7
Voyage aérien du Président de la République Argentine Le président de Jà République Argentine est parti de Buenos-Aires le 16 février, à 7 heures, à bord d'un des avions de ligne de l' «Aéropostale Argentine», pour entreprendre par la voie des airs un voyage de plusieurs jours. A bord du même avion se trouvaient le directeur de l'Aéronautique argentine, ainsi que le directeur de la Compagnie Aéropostale et divers officiers. Le personnel de la suite du président a pris place à bord d'un second avion de transport. Cinq avions militaires de construction française assuraient l'escorte du président. Le but du voyage, qui était Salta, a été atteint le même jour, à 18 h. 45, après une escale à Cordoba, où le président a déjeuné. Durant le voyage, l'avion présidentiel est resté en relation constante par T.S.F. avec la station de la Compagnie Aéropostale de Pacheco. La distance en ligne droite de Buenos-Aires à Salta par Cordoba est de 1.500 kilomètres.



1931/03/05 page 2
La réorganisation de la liaison postale aérienne. La ligne France-Amérique du Sud. La commission de l'aéronautique de la Chambre s'est réunie d'urgence, hier soir, pour entendre M. Dumesnil, ministre de l'air, sur le projet déposé dans la journée même par le gouvernement, et destiné à venir en  aide à la Compagnie aéropostale. Cette compagnie, qui est concessionnaire des services aériens du Maroc, du Sénégal et de l'Amérique du Sud, se  trouverait actuellement dans une situation critique, du fait des difficultés rencontrées par le groupe bancaire qui la soutient.



1931/03/06 page 3
La liaison postale aérienne France-Amérique du Sud LE PROJET GOUVERNEMENTAL DEVANT LES COMMISSIONS...
Une lettre de M. Bouilloux-lafont. M. Bouilloux-Lafont, président du conseil d'administration de la Compagnie générale Aéropostale, déclare dans une lettre adressée à la presse que la dite Compagnie n'a souffert que de n'avoir qu'une convention de trois ans.... «Si la Compagnie, dit M. Bouilloux-Lafont, a cru devoir, dès le début, effectuer toutes les dépenses nécessaires à l'organisation complète de sa ligne, c'est que face à face avec des concurrents puissants et fortement soutenus par leurs gouvernements, elle a voulu gagner de vitesse ceux qui tentaient de lui barrer la route.»



1931/03/07
page 1
LA POLITIQUE Opérations socialistes.
La majorité, hier, a-t-elle commence à comprendre qu'il est dangereux de donner les postes de rapporteur du budget aux adversaires du régime?
S'est-elle aperçue qu'un rapporteur du budget est plus puissant dans les ministères que les ministres mêmes. On lui fait des confidences contre les ministres, on lui révèle, on lui livre parfois contre eux de vieux dossiers. C'est ainsi que M. Renaudel a obtenu contre le ministre des finances, M. P.-E. Flandin, communication de deux lettres de M. Bokanowski en date de 1927. M. Flandin était alors simple député. Il eut des conversations avec M. Balbo, sous-secrétaire d'Etat à l'aéronautique italienne au sujet d'un trajet de ligne vers le Levant. M. Bokanowski se plaignit de la démarche aux affaires étrangères et la lettre a été communiquée ces jours-ci, quatre ans après, à M. Renaudel. Il résulte de l'incident, en somme, que M. Flandin a été avocat conseil de plusieurs sociétés aéronautiques. Il l'a été de la Compagnie Aéropostale, en mauvaise posture aujourd'hui, subventionnée par l'Etat, et que le gouvernement cherche en ce moment à relever. M. Renaudel a interrompu la discussion du budget qu'il rapporte pour tenter d'élever ces faits à la hauteur d'un scandale genre Oustric. Mais il.n'y est pas parvenu.
M. Flandin a fourni des explications très précises sur les griefs apportés à la tribune. II a mis ses adversaires au défi de découvrir dans les administrations une seule intervention de sa part en faveur d'un de ses clients quelconques. Il a su ne point confondre, a-t-il affirmé, la profession d'avocat et l'influence politique.
Si pareille affaire avait été portée devant un içonseil de discipline il n'est pas un membre qui n'aurait renvoyé l'accusé Flandin des fins de la plainte. Sans doute, il s'est mis en contravention avec un de ces textes sur les incompatibilités qui sont dans ce pays où si peu de lois sont appliquées, les lois les plus violées de toutes au point que la commission d'enquête vient de saisir le Sénat de  cette transgression générale. Sans doute, mieux vaudrait peut-être que le cumul du métier d'avocat, même correctement exercé, et de député fût interdit absolument. Mais, de ce problème, les socialistes ne s'inquiétaient que subsidiairement et l'avis du groupe sur ce point ne peut pas être unanime. Ce qui, dans l'opération, leur importait, c'est cette «flétrissure du soupçon» (pour reprendre le mot d'un magistrat récemment traduit devant la commission d'enquête) qu'ils infligeaient à M. Flandin et qu'ils espèrent bien faire rejaillir sur tout le cabinet.
Mais cette opération allait au delà du, réquisitoire contre le ministre. Les socialistes, en ce moment, sont laissés libres de leurs manœuvres. Ils en profitent. Discréditer tous les hommes qui, au pouvoir, donnent une impression de solidité, est nécessaire à leur oeuvre de destruction du régime. L'affaire Péret a réussi. D'une autre qui n'aura pas un sort si éclatant, il restera toujours quelque chose de fâcheux, si peu que ce soit, pour le capitalisme. C'est l'heure de multiplier les assauts, de profiter de l'émotion causée par les révélations de l'Enquête. Au centre, à droite, nul ne veut, naturellement, recourir contre eux aux procédés qu'ils emploient les socialistes' semblent n'avoir en face d'eux, que des spectateurs silencieux et tolérants. En même temps, l'opposition travaille à déséquilibrer le budget par des majorations incessantes de crédits, ils en retardent le vote. Ils savent que des scandales réels ou artificiels, aggravés de désordre financier, affaiblissent des institutions jusqu'à l'épuisement. Les radicaux, qui ne voient pas plus loin qu'une crise, les secondent le plus souvent.
Pendant que se déroulait le débat, un certain nombre de députés d'opinions conservatrices écoutait, à la commission de l'Aéronautique, sur l'affaire de l'Aéropostale, l'expose du rapporteur, M. Jules Moch– un socialiste S.F.I.O., comme il convient.


page 3
A LA CHAMBRE Le budget de l'air
Le budget de l'air est le dernier des budgets des dépenses que la Chambre ait à examiner avant que de passer à l'étude et au vote du budget des recettes, connu au Parlement sous le nom de «loi de finances». Ce dernier budget a été appelé hier matin. Dès l'ouverture de la séance, la discussion générale en a été commencée par un discours du socialiste Gamard, qui fit incidemment une allusion à la situation difficile de la Compagnie Aéropostale et proclama qu'à aucun moment le groupe auquel il appartient n'accepterait de la secourir et de la renflouer. Et, pour finir, M. Gamard, internationaliste de grande classe, émit cet espoir insensé de voir le gouvernement proposer, avant la conférence du désarmement, l'internationalisation des forces aériennes.
Après cet étonnant discours, la Chambre dut voter sur une proposition de M. Delesalle, lequel, sous, le prétexte que la commission de l'Aéronautique venait de se réunir, demandait le renvoi de la discussion à l'après-midi. Il fut battu, et le communiste Duçlos, celui-là même qui se terrait, par peur de la police, il y a quelques semaines encore, prenant la parole, proféra des injures à l'égard du maréchal Pétain. La Chambre malmena un peu peu cet individu et lui signifia que ses propos ne pouvaient atteindre le grand chef, à qui va la reconnaissance de la nation. L'habitué des maisons centrales continua par une apologie des Soviets, empruntée sans doute à son camarade Marcel Cachin. Il termina sous les huées.
Le socialiste Pouzet plaida pour la création d'une école d'apprentis mécaniciens de l'Aéronautique, sur les plans de celle qui fournit à la marine des mécaniciens d'élite, et M. Gaumet exposa les avantages que tirerait le pays de l'institution d'une école de l'air ou seraient heureusement modifiées les méthodes actuelles d'entraînement. M. Dumesnil répondit à ces orateurs qu'il avait demandé, dès son arrivée au ministère, les crédits nécessaires à la commission des finances pour créer immédiatement une école de mécaniciens. La discussion se poursuivit l'après-midi par un nouveau discours de M. Delesalle, qui établit une comparaison entre les aviations de chasse des diverses nations européennes, les aviations de reconnaissance lointaine et de bombardement. Il marqua qu'un effort très sérieux de redressement était à faire de notre part. Il dit aussi que les crédits étaient insuffisants pour ce redressement et, qu'au surplus, depuis quelques années, l'aéronautique a gaspille les milliards qui lui étaient alloués. 
L'orateur, examinant le problème des hydravions, constata que iijpus n'en avions point, puis, parlant de la mobilisation industrielle, il convint que l'aviation militaire seule ne peut faire naître une industrie puissante, mais que l'aviation marchande et l'aviation privée peuvent la susciter. Il termina en souhaitant que l'aviation de tous les pays soit bientôt assez puissante, assez meurtrière, pour que la guerre apparaisse au monde dans toute son abominable horreur et que soit ainsi facilitée la tâche de la France, organisatrice de la paix. Le colonel Brocard se borna à des indications brèves sur la question du matériel.
Il nous faut deux politiques, dit-il, une de réalisation immédiate avec les appareils que nous avons et une de recherches techniques, celle-là très hardie. En matière de recherches, toutes les audaces, soit, mais en matière de série on n'a pas le droit de se tromper
Le ministre se déclara d'accord avec M. Brocard et dit que dès son arrivée au ministère il avait étudié la constitution d'un organisme d'études et d'essais où seront introduits les exécutants. M. Bouessé dit après quelques autres que l'hydraviation est seule capable d'éclairer et de protéger une flotte et après au moins un autre, la nécessité d'internationaliser l'aviation.
M. Dumesnil, avec modestie, déclara alors qu'il s'efforcerait d'employer au mieux les crédits mis à sa disposition, qu'il n'ignorait rien de l'importance et de l'urgence du problème de Ia Méditerranée et il précisa les conditions dans lesquelles il entend poursuivre la politique des prototypes. Quelques observations encore de M. Leygues qui estimait que le ministère de l'Air devrait être surtout un ministère de matériel et la discussion générale fut close.
Après une courte suspension de séance et une intervention de M. Gourdeau concernant les inspecteurs radio-électriciens, M. Renaudel, rapporteur du budget prit la parole.
-Je désirais, dit-il, mettre en cause M. Flandin et j'attendais sa présence.
Il donna alors une sorte de statistique des dépenses de l'aéronautique, montra ce que coûte une escadrille mobilisable d'après sa spécialité et dit comment ces chiffres d'ici a deux ou trois ans devront être doublés ou quadruplés et qu'en conséquence il faut d'ores et déjà rechercher toutes les économies réalisables. Il parla des matières entrant dans la construction des avions, de la sécurité des pilotes, du contrôle actif qui s'impose, puis: 
-Je me vois, à ce sujet, obligé de mettre en cause M. Flandin pour des faits qui datent de 1927 et 1928 et qui ont trait à des pourparlers engagés par le gouvernement d'alors avec le ministre de l'air italien pour le survol de l'Italie par nos avions commerciaux.
» Deux (...) en présence. En octobre 1927, il y eut à Rome une conférence internationale pour la navigation aérienne. On s'était demandé si les lignes à établir devaient passer par la Sardaigne ou Naples: l'Italie était opposée au passage par Naples. En novembre, on prépare un accord qu'on soumet aux deux sociétés en question. Or, le 22 novembre, M. Bokanowski écrit au ministre des affaires étrangères français une lettre lui signalant qu'une «haute personnalité françaises se serait rendue en Italie pour entreprendre des négociations qui pourraient empêcher les pourparlers déjà engagés, et le priant de faire savoir au Gouvernement italien que les seuls représentants qualifiés de la France, étaient ceux avec qui avaient eu lieu jusqu'ici les négociations. Huit mois plus tard, le 22 avril, nouvelle lettre de M. Bokanowski au ministre-des affaires étrangères il lui signale en substance que M. Balbo a opposé au représentant français une opinion de M. Flandin en faveur d'un trajet préféré par le Gouvernement italien et il le prie de faire que M. de Beaumarchais, notre ambassadeur, ne tienne aucun cas de cette opinion qui ne représente pas celle du Gouvernement français. M. Flandin n'a pas contesté l'authenticité de ces documents, mais il a déclaré qu'il ne les connaissait pas.
» Après la lettre du 22 novembre, M. Flandin a éprouvé le besoin d'écrire à M. Bokanowski une lettre où, après avoir analysé les travaux de la
Conférence, il résumait sa thèse et ajoutait que n'ayant aucune qualité officielle, il n'avait pu qu'écouter les arguments de M. Balbo. Une lettre d'avril 1928, reproduit les mêmes affirmations.
» Les résistances de M. Balbo ont été cependant vaincues et M. Laurent-Eynac a pu signer, en 1929, une convention qui impliquait le passage par Naples.
» Oui ou non M. P.-E. Flandin a-t-il été l'avocat-conseil de la Compagnie Air-Union ?
Certainement, répondit M. Flandin. J'ai été l'avocat de cette compagnie et de la Compagnie Aéropostale. Mais en entrant au gouvernement j'ai pris la précaution de prévenir mes clients que je cessais tous rapports avec eux.
» On ne trouvera jamais un acte, ajoute M. Flandin, qui ait mis mon influence politique au service de mes clients. Je ne crains aucune investigation, aucune enquête. Mais si on laisse planer sur ce pays l'atmosphère de suspicion qu'à l'heure actuelle on a répandue, il sera impossible d'obtenir des grandes administrations publiques qu'elles sachent prendre leurs responsabilités.
Assez piteux, le rapporteur Renaudel répliqua qu'il s'était gardé de conclure et qu'il avait seulement mis sous les yeux de la Chambre deux documents. Mais il insinua que s'il était président du Conseil, «il donnerait à son ministre des finances un bon conseil...»
Après cet incident, les six premiers, chapitres du budget furent adoptés et la discussion renvoyée à la séance de nuit.
En fin de séance, l'ancien prisonnier Duclos, du parti communiste, prétendit interpeller le gouvernement sur les événements qui se passèrent à un meeting tenu à Marseille le 10 février et au cours duquel un coup de revolver fut tiré par un nommé Renucci.
Le camarade Duclos accusa les socialistes d'avoir organisé cette petite émeute. M. Vincent-Auriol, qui assistait à ce fameux meeting et y prit la parole, jeta à son tour feu et flamme contre les communistes qu'il chargea de tous les péchés. Un beau tapage s'ensuivit. Les frères ennemis échangèrent des insultes. Ces affaires-là, à vrai dire, nous intéressent peu, elles nous intéressent d'autant moins qu'il s'agit de part et d'autre, qu'on ne s'y trompe pas, de l'exploitation de blessés et d'un mort dans un dessein électoral.
L'interpellation fut, bien entendu, renvoyée à la suite.
Au début de la séance de nuit, le président prononce l'éloge funèbre de M. Louis Àntériou, député de l'Ardèche, ancien ministre, décédé. La Chambre reprend ensuite l'examen des chapitres du budget de l'air, qui défilent rapidement.
Au chapitre 9 (Subventions pour le développe-
ment général de l'aéronautique), M. Delesalle demande un relèvement de crédit pour que l'aviation française soit, largement représentée dans toutes les expositions internationales.
M. Renaudel offre un rétablissement de 50.000 francs qui est accepté par M. Delesalle.
Au chapitre 26 (Recherches. Etudes et expériences. Réalisation de prototypes), M. Gamard demande une réduction de 15 millions sur le crédit qui est de 131 millions.
M. Laurent-Eynac fait alors remarquer que ce crédit est juste suffisant.
M. Dumesnil, ministre de l'air, accepte une réduction, à titre indicatif, de 5 millions. M. Gamard se déclare satisfait.
Tous les chapitres du budget métropolitain sont votés, sauf l'article 18 relatif aux subventions aux compagnies aériennes, qui est réservé.
Le budget de l'air est ensuite adopté.
M. Piétri propose à la Chambre de discuter aujourd'hui l'article 2 de la loi de finances et de ne pas siéger demain dimanche.
Séance ce matin, à dix heures.

page 4
La liaison postale aérienne "France-Amérique Sud".
La commission de l'aéronautique de là Chambre a tenu hier deux réunions. Celle du matin a été consacrée à l'exposé de M.Jules Moch, rapporteur du projet gouvernemental de convention pour assurer le service postal aérien dont est concessionnaire la Compagnie aéropostale.
Au cours de sa séance de l'après-midi, la commission a refusé, par 15 voix et 3 abstentions, de mettre en discussion les articles du projet de loi qui se trouve ainsi rejeté en bloc.
La commission estime, en effet, que, s'il convient de ne pas interrompre le trafic sur la ligne France-Amérique du Sud, il serait pour le moment bien imprudent pour l'Etat de prendre la suite d'une situation financière qu'on n'arrive pas à chiffrer.
M. Moch, exposant le matin le résultat de sa rapide étude, avait surtout montré l'extrême enchevêtrement d'intérêts de la Compagnie aéropostale et de ses filiales, dont certaines sont étrangères. Une complication de plus résulte du fait que ces filiales étrangères ressortissent à des législations différentes, notamment d'un Etat du Brésil à l'autre.
Finalement, la commission, après avoir émis l'avis qu'une avance immédiate de 3 millions devait être faite à l'Aéropostale pour faire face aux dépenses immédiates et notamment pour régler les traitements et salaires du mois dernier, a invité le gouvernement à apporter de nouvelles propositions. II appartient, estime-t-elle, à celui-ci de trouver une formule juridique qui permette à l'Etat de continuer d'une part à subventionner l'exploitation de la ligne, d'autre part à exercer le contrôle nécessaire, tout en évitant de partager les risques financiers de l'entreprise.

1931/03/08
page 3
L'affaire de l'Aéropostale  devant la Commission de l'aéronautique. Les difficultés d'une solution provisoire
M. J. L. Dumesnil, ministre de l'air, est revenu hier après-midi devant la commission de l'aéronautique mais n'a pu apporter les nouvelles propositions que la commission attendait. Il a expliqué les difficultés d'une solution provisoire. La compagnie aéropostale ne peut faire face à un très prochain remboursement de 51 millions au Crédit Foncier Brésilien.
Or, la loi brésilienne autoriserait les créanciers, en cas de carence, à mettre l'embargo sur les installations et appareils que la compagnie possède au Brésil. En outre, d'importants remboursements d'obligations viennent à échéance sous peu. Enfin la Banque de France posséderait une créance privilégiée sur les subventions de l'Etat à la Compagnie, à la suite de certaines opérations d'escompte. Pour ces raisons, il est nécessaire d'établir dans le plus bref délai, une nouvelle convention. 
La commission a accordé un nouveau délai au ministre pour étudier une nouvelle forme de convention en ouvrant au besoin des négociations avec le Brésil. 




1931/03/10
page 2
CONSEIL DES MINISTRES La Compagnie aéropostale. M. J.-L. Dumesnil,ministre de l'air, a soumis au conseil un projet dont le vote sera demandé au Parlement pour assurer la continuation des services de la Compagnie aéropostale. Ce projet prévoit un régime provisoire qui ne préjuge pas Ja solution qui sera donnée quant au fond de l'affaire.



1931/03/11
page 3
«Le cas Flandin»
M. Marcel Lucain (PARIS-MIDI) est sans doute de bonne foi lorsqu'il assure que la campagne menée dans les couloirs de la Chambre contre le ministre des finances n'est pas, ne doit pas être une machine de guerre contre le cabinet, mais écoutez l'homélie:
D'aucuns se sont émus -et pas seulement, on doit le dire, parmi l'opposition- du fait qu'une personnalité comme M. Flandin ait pu, successivement, être l'avocat d'une société d'aviation à puissants capitaux, et jouer notamment le rôle marqué que l'on sait en faveur d'une cause où un gouvernement étranger avait à traiter avec le nôtre, puis arriver au ministère des
finances, après avoir renversé le cabinet Steeg sur le «cas Boret», au moment même où la société d'aviation en question allait avoir, par suite de sa situation de trésorerie, besoin d'une suprême intervention de l'Etat, voire d'un renflouement financier inéluctable.
-Eh quoi! de remarquer bien des gens, animés davantage par un souci de clarté que par la passion politique, ne pourra-t-il plus se trouver une maison en déconfiture sans un ministre derrière ou dedans? Et comment expliquer enfin que M. Flandin ait pu se dresser en justicier de l'indépendance de la politique à l'égard des affaires contre M. Boret, et donner une éloquente leçon de moralité au cabinet Steeg, à l'occasion du «coup des blés», alors qu'il savait bien où en était l'Aéropostale et ce qu'il devait faire, pour elle et ses successeurs, au haut poste des finances réclamé ensuite instamment par lui au cours de la crise?

M. Loucheur n'est pas d'un autre avis. Il faut punir en M. Flandin, le «tombeur» de Steeg.
Maurice Noël.

page 4
L'exploitation de la ligne aérienne France-Amérique du Sud. La commission de l'aéronautique devant le problème juridique posé par l' «Aéropostale»
L'exploitation de la ligne aérienne France-Amérique du Sud

La commission de l'aéronautique devant le problème juridique posé par l' «Aéropostale»
La commission, de l'aéronautique de la Chambre a siégé longuement hier encore. Elle a délibéré sur le nouveau projet du gouvernement concernant la continuation du service postal aérien France-Amérique du Sud. Ce projet autorise l'Etat, en cas de liquidation judiciaire de la Compagnie aéropostale, à subventionner les liquidateurs pour leur permettre de continuer l'exploitation.
Avant de passer à la discussion des articles de ce projet, la commission à pria Connaissance d'un autre, émanant du rapporteur, M. Jules Moch. Ce nouveau texte prévoit la nomination d'un comité de gérance qui poursuivrait l'exploitation de la ligne, tandis que les liquidateurs feraient leur office d'autre part. Ce projet ne va pas sans quelques dérogations importantes aux principes mêmes du droit commercial.
Le problème qui se pose en effet à la commission et au gouvernement est de trouver une formule juridique qui permettrait à l'Etat de financer et d'assurer la suite de l'exploitation tout en éludant vis-à-vis des créanciers de la faillite les obligations qui résulteraient pour lui de la stricte application du code de commerce.
L'accord semble d'ailleurs établi à la commission sur la nécessité de ne pas interrompre le service et aussi de changer la direction de l'affaire. D'autre part, le principe de la liquidation est généralement admis.
La commission n'est pas parvenue à une décision. Elle siégera de nouveau ce matin.



1931/03/13 page 3
La représentation nationale. Le ministre des finances, M. Flandin, coupable d'avoir été l'avocat de l' «Aéropostale», aujourd'hui en mauvaise posture, est  l'objet d'une offensive sérieuse. La République le somme de démissionner, tandis que le Populaire entend que le gouvernement tout entier s'en aille...

page 4
Les banques Bouilloux-Lafont restent fermées
Les banques Bouilloux-Lafont frères et Jay, le Crédit Foncier du Brésil et la Caisse Commerciale et Industrielle de Paris sont encore restées fermées hier. Il se confirme cependant que les opérations prendront sous peu dans ces établissements de crédit. Le gouvernement a fait connaître, en effet, sa ferme intention de sauvegarder les intérêts des épargnants.

Un administrateur à l'Aéropostale
M. André Bouilloux-Lafont, administrateur-délégué de l'Aéropostale, a déclaré, au cours d'une interview :«Me Derlis, agréé près le tribunal de la Seine, a obtenu ce matin la nomination de M. Vachet comme administrateur, avec mission d'effectuer les paiements nécessaires, de recevoir les subventions de l'Etat et d'assurer en tout état de cause le trafic de la ligne aérienne.»
Dans l'une des banques en cause, on dit: 
«Les tractations en cours actuellement se présentent fort bien. On pense que l'issue en sera favorable et qu'on réussira à renflouer, tout au moins, la banque Bouilloux-Lafont, dont la situation est la plus délicate, puisqu'elle a de nombreux déposants.
» M. Marcel Bouilloux-Lafont a déclaré formellement que, l'actif étant supérieur au passif, il entendait que tous ceux qui firent confiance à l'entreprise fussent payés jusqu'au dernier. Cette promesse, nous l'espérons fermement, pourra être tenue.»



1931/03/12
 page 2
L'exploitation de la ligne aérienne France-Amérique du Sud. La commission a voté un contre-projet.
La commission de l'Aéronautique de la Chambre a consacré hier encore sa journée entière à l'élaboration d'un texte législatif permettant à l'Etat de reprendre l'exploitation de la ligne France-Amérique du Sud, sans endosser le passif de la Compagnie Aéropostale.
Au cours de sa séance du matin, la commission a voté, après une discussion de deux heures et demie, l'article premier du contre-projet de M. Moch, rapporteur, qui autorise l'Etat à résilier ses conventions avec la Compagnie, au cas de faillite, de liquidation judiciaire, de dissolution ou au cas de nomination d'un administrateur judiciaire.
L'après-midi, la commission a adopté, à l'unanimité, le rapport de M. Moch, substituant au projet gouvernemental son propre texte, l'article premier ayant été modifié comme on en avait convenu le matin. Les articles 2 et 3 de ce projet prévoient, au cas où les liquidateurs désireraient le maintien des conventions. la nomination d'un comité de gérance chargé d'assurer l'exploitation des lignes, et seul qualifié pour encaisser les recettes commerciales, ainsi que les subventions de l'Etat. Au cas oit les liquidateurs ne demanderaient pas la continuation des conventions ou refuseraient de collaborer avec le comité de gérance, l'Etat pourrait exercer, son droit de réquisition.
On se demandait hier, à la Chambre, si ce projet voté par l'assemblée pourrait être assez rapide pour que le départ d'avion, qui devait avoir lieu vendredi, pût avoir lieu.

.
Trois banques ont fermé leurs guichets.

Le groupe bancaire composé des banques Bouilloux-Lafont frères et Jay, Crédit Foncier du Brésil, Caisse Commerciale et Industrielle de Paris, qui a aidé la Compagnie Générale Aéropostale à réaliser la ligne France-Amérique du Sud, a dû suspendre hier matin ses opérations et fermer ses guichets. Les succursales de Versailles, Rambouillet et Châteauroux de la banque Bouilloux-Lafont, dont le siège social est à Etampes, ont également fermé leurs portes.
L'avis suivant a été affiché aux portes de ces diverses maisons:
«On sait qu'aucune solution n'a été jusqu'à ce jour apportée par les pouvoirs publics aux difficultés financières créées à la Compagnie Générale Aéropostale par la trop courte durée de sa concession et que le nouveau projet de loi actuellement soumis aux commissions parlementaires compétentes ne permet pas d'envisager une solution prochaine de ces difficultés.
» Par. suite de ces circonstances, le groupe bancaire (Crédit Foncier du Brésil, Caisse Commerciale et Industrielle de Paris, Bouilloux-Lafont frères et Jay) qui finançait l'Aéropostale, et auquel celle-ci devait d'avoir mené à bonne fin son œuvre d'expansion commerciale et de prestige français en Amérique du Sud, s'est trouvé dans la nécessité de suspendre ce matin ses opérations.»

D'autre part, M. André Bouilloux-Lafont, administrateur délégué de l'Aéropostale et fils de M. Marcel Bouilloux-Lafont, président du conseil d'administration de cette Compagnie, a déclaré: 
«II est absolument exact que le groupe bancaire, qui a permis à la Compagnie générale aéropostale de créer et d'entretenir la ligne aérienne Toulouse-Dakar-Natal-Rio de Janeiro-Buenos-Aires-Santiago du Chili et Buenos-Aires-Ascunsion, de préparer la ligne Natal-Petites Antilles et de commencer des voyages d'études de Buenos-Aires vers la Terre de Feu, a dû suspendre toutes ses opérations ce matin.
»Nous avions pensé que' les pouvoirs publics auraient pris une décision dès la connaissance des difficultés dans lesquelles nous nous trouvions, pour éviter à notre groupe bancaire d'être dans une situation telle que toute opération devenait impossible.
»Les trois banques du groupe furent assaillies de demandes de leurs clients en raison des relations que ces banques ont avec l'Aéropostale.
»Laissez-moi ajouter que, seul, le retard apporté par les pouvoirs publics a amené le groupe bancaire à cette extrémité.
» Notre conseil s'est, rallié, hier soir, à la nomination d'un administrateur ad hoc, qui pourrait se rendre compte d'ailleurs exactement de la gestion de la Compagnie et sauvegarder les intérêts des créanciers et spécialement dès obligataires.
»Cent soixante-dix millions ont été investis dans l'entreprise de l'Aéropostale et dans les filiales américaines, dont soixante-dix millions sont dus directement à ce groupe bancaire.»
Le gouvernement, se préoccupant de la situation des petits porteurs et déposants de la banque Bouilloux-Lafont, a engagé, depuis plusieurs -jours, des pourparlers en vue de préserver leurs intérêts.




1931/03/14  page 3
LA CHAMBRE A SIÉGÉ TRENTE-TROIS HEURES - UN ASSAUT CONTRE LE GOUVERNEMENT
Il était à ce moment 6 h. 30. L'affaire de l'Aéropostale, la fameuse affaire de l'Aéropostale, devrions-nous écrire fut alors appelée.... voir 

page 4
suite et au Sénat  La discussion en commencera le lundi 23 mars. Elle se poursuivra sans discontinuer avec des séances du matin et du soir. On examinera également le projet de convention avec la Compagnie aéropostale qui a été également déposé par le ministre du budget...



1931/03/15 page 4
L'affaire de «l'Aéropostale». M. Louis Dernis, agréé au tribunal de commerce, vient d'obtenir la nomination de M. Vacher comme administrateur ad hoc de la Société aéropostale, avec mission d'effectuer les paiements nécessaires, de recevoir les subventions de l'Etat et de veiller à ce qu'il n'y ait aucune interruption dans le trafic.



1931/03/17
page 3
Informations politiques. La convention aéropostale. La commission sénatoriale de l'air a examiné hier le projet voté vendredi par la Chambre concernant la Compagnie aéropostale. Après un examen détaillé, la commission a décidé d'en demander le vote au Sénat. Il est probable que la Haute Assemblée sera appelée à se prononcer la séance de jeudi prochain.



1931/03/18
page 3
L'affaire Maixandeau-Oustric. On se souvient que, le 7 mars dernier, M' Schmoll, avocat de Maixandeau, avait demandé, par lettre, à M. Donat-Guigue,... 



1931/03/20
page 3
Ce matin, à neuf heures et demie, on continuera la discussion, et à quinze heures on espère examiner la convention aéropostale... Le groupe socialiste... le fait d'avoir liquidé les stocks... Ces bons apôtres de la vérité... 



1931/03/21
page 4
AU SENAT La Compagnie aéropostale. On peut dire, sans crainte d'être taxé d'exagération, que le projet voté par la Chambre concernant la Compagnie aéropostale n'a pas reçu au Sénat un accueil enthousiaste. Un sénateur, M. Jeanneney le qualifia tout  simplement de «tortueux et d'antijuridique», et  c'est tout juste si le ministre qui le défendait avec plus d'énergie que de conviction ne convint pas qu'il était détestable. Sur le fond de l'affaire, pas de  discussion. On ne peut abandonner la ligne Sud-Amérique. C'est pour la France une question de prestige... M. J.-L. Dumesnil fit un exposé de la situation de la Compagnie aéropostale, conduite avec imprudence par des administrateurs qui ont vu trop grand et sont allés trop vite... «Sur la ligne principale se  sont greffées des filiales trop nombreuses. Ce sont ces filiales et les interpénétrations des banques du groupe qui ont amené la crise, L'Aéropostale est une ligne qui peut vivre,..»... 



1931/03/22 page 3
Un hydravion militaire français aurait amméri par suite d'une panne d'essence Le lieutenant de vaisseau Bernard, qui était... On a entrepris des recherches, notamment par avion de la Compagnie aéropostale et par le croiseur Colbert, qui se trouvait au port de Casablanca... Les aviateurs MœnchetBurtin, venant de Séoul, ont atterri à Tokio hier après-midi. Ils terminent leur randonnée Paris-Tokio commencée le 3 mars dernier En dix-huit jours... 



1931/03/29
  page 1
 
LA VÉRITÉ SUR LA GRANDE LIGNE FRANÇAISE AÉROPOSTALE 
Cette magnifique entreprise française, convoitée par l'étranger, qui dessert vingt-cinq pays, relietrois continents, accroît notre prestige dans le monde, est mise en péril par l'inconcevable inertie du Gouvernement.

...L'affaire est partie avec une concession de dix ans seulement, mais avec la promesse formelle du gouvernement qu'une concession plus longue, en rapport avec l'envergure de l'entreprise, lui serait ultérieurement accordée. Il ne s'agissait pas  seulement d'une promesse. Le 2 août 1929, une convention fut signée par le ministre de l'air d'alors, M. Laurent Eynac, convention qui manifestement devait être soumise d'urgence aux Chambres et ratifiée par un vote rapide puisqu'elle autorisait l'Aéropostale à émettre, au cours de l'année 1930, pour 250 millions d'obligations. C'était pour elle le salut assuré....

 page 2 
A LA CHAMBRE L'Aéropostale



1931/03/30 page 1
A propos de l'AÉROPOSTALE, l'Ami du Peuple que nous citions hier, écrivait que, depuis vingt-huit mois, il avait eu l'occasion d'apporter sur cette collusion  du ministère des affaires étrangères et de la banque internationale, toutes les explications nécessaires, en même temps que toutes les preuves. Nous  refuserons-nous à l'évidence? Un sursaut d'indignation, même pas l'instinct de vivre, de persévérer dans notre être de Français, ne vaut-il pas emporter  cette conjuration ténébreuse ?



1931/04/01
page 1
Les socialistes battus battent en retraite IL fallait déblayer le terrain de quelques chefs du centre. On inventa contre M. Tardieu l'affaire Oustric. Puis  l'affaire de l'Aéropostale sembla bonne à exploiter contre M. Flandin.

page 3
Le retrait de la proposition socialiste. Voici le texte de la motion adoptée par le groupe socialiste S. F. I. 0. du la Chambre, au cours de sa séance d'hier matin  la commission: ....d'enquête puisse se saisir directement et complétement des affaires Aéropostale et Flandin...



1931/04/02
page 2
M. Renaudel ayant demandé que la commission, se saisisse de l'affaire de l' «Aéropostale», la commission a décidé d'examiner la proposition de M. Renaudel à sa séance de rentrée, au moment elle réglera son ordre du jour.



1931/04/04 page 4
... Le Comité de surveillance de l'Aéropostale... créé par arrêté en date du 3 avril...



1931/04/05 page 1
Le voyage en Afrique  de M- J.L. Dumnesnil: «Mon voyage a trois objectifs..., 3°, sur le chemin du retour, je me propose de visiter les installations de la Compagnie Aéropostale sur la côte Atlantique, car je tiens expressément au maintien de l'exploitation d'une ligne que je crois indispensable à l'expansion française.

page 3
Le contrôle de la Compagnie aéropostale M. J.-L. Dumesnil, ministre de l'air, désirant être complétement renseigné, par une enquête faite sur place, sur la situation de la Compagnie générale Aéropostale, a décidé d'envoyer A Toulouse, Perpignan, Alicante et Barcelone, une mission de contrôle dirigée par le contrôleur général de première classe, M. Litschfousse, assisté d'un ingénieur de l'aéronautique En Amérique du Sud, une mission de contrôle dirigée par se contrôleur Hederer, assisté de l'ingénieur en chef Ceccaldi.



1931/04/20 page 4
La Compagnie Générale Aéropostale nous fait savoir. L'escadrille ministérielle, composée de huit avions, qui avait quitté Dakar hier matin à 6 h. 30 (heure locale) a atterri dans d'excellentes conditions à Saint-Louis à 7 h. 30 (heure locale). Une salve d'honneur a été tirée en l'honneur du ministre. M. J.-L. Dumesnil a visité la base d'hydravions de la  Compagnie Générale Aéropostale. A 11 h. 45 (heure locale), l'escadrille ministérielle, composée de cinq avions et accompagnée d'un avion de la Compagnie Générale  Aéropostale, piloté par Guillaumet avec le radio Gimié et l'inspecteur Bouisset, a quitté Saint-Louis pour Port Etienne où, à 16 h. 30, les trois premiers avions de l'escadrille on attterri. Les deux autres sont arrivés à 16 h. 40"



1931/04/16
page 1
Le vrai scandale de l' Aéropostale. Le misérable sort de ses obligataires. Dans un premier article paru le 29 mars dernier, et qui a causé une vive émotion dans les milieux aéronautiques, l'Ami du Peuple montrait le péril couru par cette belle entreprise par suite de l'inconcevable, inertie gouvernementale... 





1931/04/19
page 3
Le voyage de M. Dumesnil. La Compagnie générale aéropostale communique le télégramme suivant: «Port-Etienne; 18 avril (10 h. 45). L'avion ministériel et les quatre avions militaires ont bien atterri à Port-Etienne. Malgré un fort vent du nord, soulevant des nuages de sable, l'atterrissage de Costes a été admirable.



1931/04/26
page 2
Réductions pour les passages aériens. Le ministre de l'air a décidé les Compagnies riennes suivantes: Air Union, Compagnie Générale Aéropostale, Compagnie internationale de navigation, Compagnie, aérienne, Société générale de transports riens, à consentir, sur le prix des passages aériens, une réduction de 10 0/0 aux souscripteurs des bons de l'Exposition coloniale.

page 3
Le voyage aérien du ministre de l'air. Après avoir également rendu hommage au Sultan et au résident général, M. Saint, le ministre de l'air crut devoir  préciser en ces termes la question de l'Aéropostale. « Cette ligne ne subira aucune interruption dans son service.... 



1931/04/28 page 1
Voyage de M. J.-L. Dumesnil en Afrique, piloté par Costes, a atterri hier après-midi, à 17 h. 10, sur l'aérodrome d'Istres. ...Le voyage du ministre n'a pas eu qu'un but d'inspection purement militaire. Il a profité de son passage en Afrique pour se rendre compte de l'effort qui avait été entrepris sur place par l'Aéropostale. En même temps, il a pu juger le travail accompli par la Transafricaine, dont la future ligne tant attendue France-Madagascar doit traverser le Sahara.



1931/04/29 page 2
Le retour deM. J.-L. Dumesnil a reçu dans son bureau du ministère de l'air les représentants de la presse et leur a donné des renseignements plus  étendus sur son voyage. .... je rapporte de mon voyage une compréhension nouvelle de l'importance de l'aviation et de son essor certain dans nos colonies de l'Afrique Occidentale française.» ... Je tiens à préciser dès maintenant mon intention de tout faire pour que les lignes aériennes qui desservent ces colonies et que gère l'Aéropostale soient maintenues et même développées. En un mot, je veux « ouvrir la ligne que je viens de parcourir, non pas à des voyageurs éventuels, mais à tous ceux qui désireront visiter nos colnies en un temps réduit.



1931/04/30
page 1
Une œuvre française en péril Nous reproduisons dans notre revue de la presse un article de l'Ami du Peuple d'hier matin, d'un particulier intérêt. Notre confrère, poursuivant une belle campagne que nous avons déjà signalée, montre l'existence de l'Aéropostale menacée «par la conspiration des envieux, des socialistes et des diocres». Comme le disait le pilote admirable qu'est Jean Mermoz, l'Aéropostale risque d'être tuée par les combinaisons politiques et  financières. Les ministres de l'air et des finances, munis de tous les moyens de contrôle, tous les procédés de renseignements et  de surveillance sur la gestion de la Compagnie, sont responsables de ce qui s'est passé. Le gouvernement n'a rien empêché:   rivalités bancaires, convoitises de l'étranger ou de Français jaloux, intrigues socialistes, tout s'est développé librement. Et c'est la commission de contrôle qui maintenant prétend tout diriger et qui va faire gner partout, le désordre. 

page 2
 suite page 1  Une grande œuvre française en péril... «L'existence de l'Aéropostale, écrit l'AMI DU PEUPLE, est menacée par la conspiration des envieux, dessocialistes et des médiocres.» L'admirable pilote Jean Mermoz, ce grand Français qui, avec une magnifique audace, un courage lucide, une énergie de feu, a le premier franchi l'Atlantique Sud et la vertigineuse Cordillère des Andes, réalisant cet exploit inégalé de mettre Santiago de Chili à cinq jours de Paris, Jean Mermoz rencontrantson ami le romancier-aviateur Kessel, lui disait mélancoliquement, ces jours derniers «Tu sais que corpset âme j'appartiens à l'Aéropostale, la plus belle ligne du monde, la plus longue, la plus dangereuse, celle qui porte le plus loin, le plus haut, le rayonnement de la France. Et quand je vois que les combinaisons politiques et financières risquent de compromettre son élan, sa vie, j'ai ma!» Ce cri poignant du grand pilote en faveur de l'Aéropostale, pour laquelle tant de fois il a risqué sa vie, répond trop au sentiment intime de tous les cœurs français pour ne pas retentir profondément en eux.



1931/05/02
page 1
Le 5 aussi, sans doute, sera déposée une proposition de résolution de M. Gellic, qui reprend la motion des socialistes sur l'Aéropostale...

page 4
A LA COMMISSION D'ENQUETE. ...simples communications de couloir d'où il résulte: 1er que M. Joseph Denais... a fait part de renseignements recueillis sur les contrats de l'Aéropostale...
1931/05/10
page 3
Pour sauver l'Aéropostale. A son retour d'Afrique, M. J.-L. Dumesnil a claré: «Ce serait une défaite pour le prestige que la disparition de l'Aéropostale». Fort bien, déclare l'AMI DU PEUPLE. Mais le ministre de l'air, si bien inspiré, semble pourtant chercher (peut-être sous l'influence de ses bureaux) à bouleverser et à accaparer la Société plutôt qu'à la renforcer. Le radical-socialiste «louche» vers l'étatisation. L'Aéropostale est née de l'initiative privée; elle s'est constituée avec des capitaux privés et avec des engagements formels de l'Etat.... L'oeuvre qu'elle a créée force l'admiration du monde... 



1931/05/22 page 4
A LA COMMISSION D'ENQUETE Séance mouvementée et stérile. La séance tenue hier après-midi par la commission d'enquête a été entièrement occupée par une longue et vaine discussion de procédure. M. Renaudel ayant proposé à ses collègues d'entendre immédiatement la lecture de son rapport d'information sur l' «Aéropostale», M. Gellie déposa une motion préjudicielle tendant à renvoyer cette audition à plus tard, afin de permettre à la Chambre de statuer sur la proposition de résolution déposée par les socialistes, reprise par lui-même et concernant, elle aussi, la Compagnie Aéropostale... 

page 9
La Compagnie Aéropostale nous communique la dépêche suivante qu'elle a reçu de l'aviateur Challes: Saint-Louis, 21 mai, 7h15 (GMT). Capitaine Challes a quitté Saint-Louis à 6h10, heure locale, pour Port-Etienne.



1931/05/23
page 3
La commission d'enquête, réunie sous la présidence de M. Louis Marin, a entendu l'exposé de M. Renaudel sur l'Aéropostale. Elle a décidé de constituer une sous-commission chargée d'étudier les pièces du dossier. Une Interpellation socialiste: Deux députés  socialistes, MM. E. Lafont et Moch, ont demandé à interpeller sur l'application de la loi du 28 mars, tendant à permettre de continuer l'exploitation des lignes de la Compagnie générale aéropostale.



1931/05/24 page 8
Le nombre de lettres transportées par la C. G. A. aéropostale dans la semaine du 11 au 17 mai 1931... L'administration postale française a décidé que les surtaxes appliquées... De France en République Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Paraguay, Uruguay... 



1931/05/26 page 1 
Gardons à la France l'Aéropostale LETTRE OUVERTE AU DOCTEUR ECKENER par M. Marcel Bouilloux-Lafont  

page 2
suite page 1





1931/06/17
page 2
A LA COMPAGNIE AEROPOSTALE Le ministère de l'air nous communique «Le conseil d'administration de la Compagnie de l'Aéropostale à un conseil de direction composé de quatre  membres. M. Dautry, directeur général des chemins de fer de l'Etat, présidera ce conseil M. Lioré, président de la chambre syndicale des industries  aéronautiques et M. Cangardel, ancien directeur de la flotte commerciale à la marine marchande, administrateur directeur des armateurs français. D'autre part, M. Bouilloux-Lafont, administrateur-délégué de la Compagnie Aéropostale, a été désigné par le conseil d'administration.



1931/07/12 page 8
Nombre de lettres transportées par la Compagnie Aéropostale du 29 juin au 5 juillet France-Maroc, 67.200 France-Algérie 17.165 France-Espagne, 1.350  France-A. O. F., 90OO France-Amérique du Sud, 12.347 Amérique du Sud-France, 19.768. Total 127.430.

page 1
Le lancement à la panique. Les gouvernements, sollicités par l'Allemagne, et les banquiers qui traitent avec elle lui conseillent de vouloir bien, puisqu'elle a si grand besoin de crédits... Une fois.de plus, parmi les si, les mais et les car, on sent la volonté de nos dirigeants-politiques et financiers de secourir,  aux frais de l'épargnant et du contribuable écrasé,...
LA LIAISON AERIENNE PARIS-TOKIO, A l'AUBE CE MATIN... LE TRAIT-D'UNION DOIT S'EN VOLER...



1931/08/02 page 8
Envoyez vos lettres et colis En ALGÉRIE, en ESPAGNE, au MAROC. en A.O.F. et en AMÉRIQUE DU SUD PAR AVION COMPAGNIE GENERALE AÉROPOSTALE
5, Avenue Friedland. P A RIS



1931/08/03 page 7
Nombre de lettres transportées par la Compagnie aéropostale pendant la semaine du 20 au 26 juillet France-Maroc 112.011 Françe-Algérie 18.706 France-Espagne 587 France- A. 0. F. 16.093 France-Amérique du Sud 21.680 Amérique du Sud-France: 30.724. Total 199.801 lettres.



1931/08/23 page 8
NOUVELLES AERIENNES . aéropostale pour la semaine écoulée du 10 au 16 août... nombre de lettres transportées...Total. 215.869.... PUB  ENVOYEZ vos LETTRES ET COLIS par COMPAGNIE GÉNÉRALE AEROPOSTALE... 





1931/09/26
page 3
Les prévisions s'accomplissent. Se souvient-on du retentissant avertissement qu'a publié l'Ami du Peuple à propos du krach de l'Aéropostale ? Notre confrère l'AMERIQUE LATINE, La Gaceta de America regrette la carence française et fait connaître le projet allemand Ce serait la plus grande faute politique que la  France puisse commettre... 



1931/10/29 page 4
...cité à l'ordre de la nation M. Negrin. «... accident survenu le 9 mai 1930, près de Montevideo, alors qu'il se ̃rendait à  Natal pour ramener le premier courrier aérien France-Amérique du Sud que devait lui remettre Mermoz après avoir traversé l'Atlantique Sud de Saint-Louis-du-Sénégal à Natal.»



1931/10/25
page 10
L'activité de la Compagnie Générale Aéropostale.  La Compagnie Générale Aéropostale vient d'établir un graphique permettant de constater la moyenne  des temps le parcours de l'Aéropostale (Europe-Amérique du Sud et Amérique du Sud-Europe) durant la période du 1er novembre 1930 à fin septembre 1931. Depuis le 1er novembre 1930, date à partir de laquelle la Compagnie Générale Aéropostale a mis en service quatre nouveaux avisos rapides pour effectuer la liaison maritime Dakar-Natal, les quarante-huit courriers aériens transportant dans chaque sens entre l'Europe et l'Amérique du Sud ont été assurés dans des conditions de régularité irréprochable. Aucun accident, aucun courrier perdu, aucun retard appréciable, tel est le bilan de son exploitation  du 1er novembre 1930 au 1er octobre 1931, riode pendant laquelle le nombre de lettres transportées été de France-Amérique du Sud...  
Dans le sens Europe-Amérique du Sud, la moyenne des temps de parcours a été de huit jours entre la France et Buenos-Aires le voyage record a été réalisé en jours-et 19 heures. Dans le sens inverse, cette moyenne a été de 9 jours le voyage le plus rapide ayant été effectué en 7 jours 1/2. Au moment les Allemands, avec le Graf-Zeppelin, sont en train de faire un gros effort pour tenter de relier l'Europe à l'Amérique du Sud dans des délais ultra-rapides, il est intéressant de noter le succès que remporte l'exploitation de la Compagnie Générale Aéropostale.
NOUVELLES AERIENNES L'aggravation générale de la situation économique a obligé également la Deutsche Lufthansa à prendre un certain nombre de mesures de restriction...



1931/10/31 page 10
 M. Elysée-Philippe Negrin A trouvé une mort héroïque dans un accident survenu le 9 mai 1930... Sur la proposition de M. J.-L. Dumesnil, le gouvernement de la République cite à l'Ordre de la Nation M. Negrin (Elysée-Philippe).... Le gouvernement de la République cite également à l'Ordre de la Nation
M. Pranville (Julien-Arthur)...
directeur de l'exploitation en Amérique du Sud lés lignes de la Compagnie générale aéropostale pour l'aménagement et l'organisation du seau, accomplissant personnellement de nombreuses reconnaissances aériennes... 





1931/11/01
page 2
... M. Gabriel Hanotaux, de l'Académie française, président du Comité France-Amérique, leur a souhaité la bienvenue..  et leur a dit tout le plaisir qu'avait le comité à les recevoir avant leurs prochains départs M. le maréchal Franchet d'Esperey, l'ambassadeur Kammerer.. et le baron de Vitrolles exprimèrent ensuite leurs remerciements pour l'accueil qui leur était réservé. A ce dîner, auquel assistait un grand nombre de personnalités américaines et françaises, on remarquait M. Marcel Bouilloux-Lafont... notamment S. Exc. M. Luis de Souza Dantas, ambassadeur du Brésil... 



1931/11/26
page 3
L'Aéropostale. M Renaudel a écrit à M. Denais, président de la sous-commission des services contractuels de la commission des finances, pour l'inviter à  demander de compléter le dossier de l'Aéropostale par les rapports de la commission envoyée en Amérique du Sud pour faire une enquête sur les comptes de cette Compagnie.



1931/11/27 page 4
Hier, notre confrère Peyronnet de Torrès annonçait que l'Aéropostale songeait à acquérir un hydravion italien «Savoia» pour assurer le transport aérien du courrier entre l'Afrique et l'Amérique du Sud. Nous reconnaissons bien volontiers les brillantes qualités du, matériel en question. Pourtant il faut dire que l'hydravion Laté.-28 avec lequel Mermoz fit la traversée de l'Atlantique Sud peut donner satisfaction à la Compagnie Aéropostale. Il a, d'autre part, ce mérite d'être français. Nous croyons donc que l'Aéropostale re doit pas l'oublier et lui accorder la préférence.



1931/11/28 page 3
A BORD D'UN AVION DE TOURISME. L'Aviateur Bert Hinkler a traversé l'Atlantique Sud. La Compagnie Générale Aéropostale nous communique l'information suivante: Saint Louis du -Sénégal, 27 novembre. L'aviateur -Berf Hinkler, parti de Natal pour tenter la traversée de l'Atlantique du Sud, à bord d'un avion léger, a atterri à Saint-Louis-du-Sénégal, à 14 heures.... Une fois encore, l'aviation de tourisme anglaise se met brillamment en évidence et fait la preuve
de sa qualité... 



1931/12/04 page 1
M. de Saint-Exupéry Prix Femina 

page 8
Antoine de Saint-Exupéry, de la Compagnie Générale Aéropostale, qui a reçu hier le Prix Femina pour son livre Vol de nuit, est un pilote de ligne de valeur qui assure le service sur la liaison Casablanca-Port-Etienne-Dakar.



1931/12/06 page 9
Le droit en matière de navigation aérienne. Confirmant un jugement du tribunal de commerce, la 1ère Chambre de la Cour d'appel vient de rendre un arrêt fixant la jurisprudence en matière de navigation aérienne. Le "27 janvier 1928, un avion de la Compagnie générale aéropostale, à bord duquel avait pris place le lieutenant Breton," fils d'un conseiller à la Cour d'Agen, était pris dans une tempête au-dessus de "Roquelas" (Espagne) et le pilote, arraché de son siège par un coup de vent, causait la chute de l'avion et la mort du passager. Les héritiers Breton assignaient la Compagnie aéropostale en 566.000 francs de dommages-intérêts pour faute personnelle, estimant que la Compagnie n'aurait pas laisser prendre le départ à l'avion par suite de circonstances atmosphériques défavorables.. M. Lignières avait soutenu leur prétention. Adoptant la thèse de la Compagnie ropostale, la 1ére Chambrede la Cour a débouté les héritiers Breton de leur appel et les condamnés aux frais du procès. ̃


1932 
1932/01/17 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 4 au 10 janvier 1932 par la Compagnie générale aéropostale Francc-Espagne-Maroc 151.180 Franco-Algérie 16.820 France-A. O. F 19.500 France-Amérique du Sud 18.021 Amérique du Sud-France 22.577 Total 228.998



1932/01/28
page 3
LE BUDGET DE 1932. DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES. Après le départ du ministre, la commission a augmenté de 96 millions les primes aux  entreprises de navigation autres que l'Aéropostale. Quant à cette compagnie, la commission a ajourné sa cision en attendant le dossier de l'affaire qui  est entre les mains du garde des sceaux.



1932/02/01 page 7
...M. Couhé, inspecteur général de l'aéronautique civile, accompagné de M. de Freschville, directeur de l'exploitation de l'Aéropostale, est arrivé hier après-midi, vers 15 heures, à Alger, par l'hydravion postal Marseille-Alger....
Nombre de lettres transportées, dans la semaine du 18 au 24 janvier 1932, par la Compagnie Générale Aéropostale · France-Espagne-Maroc, 124 404 France-Algérie...



1932/02/05 page 8
Le voyage que M. Couché vient d'entreprendre entre Marseille et Alger amènera-t-il l'Aéropostale à relier directement ces deux villes? Le risque que comporte une traversée de 800 kilomètres fait réfléchir, d'autant plus qu'au voyage Alger-Marseille les hydravions du service auront souvent à lutter contre de forts vents contraires qui, en retardant leur marche, les obligeraientà dépenser beaucoup plus d'essence. Pourquoi l'Aéropostale, qui a une tête de  ligne à Toulouse, ne ferait-elle pas la liaison Toulouse-Barcelone-Palma (îles Baléares) Alger, liaison qui comporterait certainement moins de risques et même pas de risque du tout? 



1932/02/08 page 1
Le "SAINT-DIDIER" EST RETROUVÉ. L'équipage de l'avion Saint-Didier, composé de Reginensi, Touge et Lenier, a été retrouvé hier matin dimanche à 8h, par le colonel Vuillemin. et l'aviateur Poulain, qu'accompagnaient le sansfiliste Viré... secondés tous par le lieutenant Bernard, qui fut le compagnon de la tragique et similaire aventure au cours de laquelle le général Laperrine trouva la mort en plein désert par l'aviateur Poulain, le valeureux pilote de l'Aéropostale, les radio-télégraphistes Viré, Massias et Darber qui, attachés à leur poste, ont jour et nuit, sans repos, interrogé les solitudes sahariennes...



1932/03/02 page 4
«L'Associaled Press apprend de Buenos-Aires que des sacs de dépêches, une roue et un siège de l'avion de la Compagnie générale aéropostale, à bord duquel se trouvait M. Louis Bpuchet(?), chargé d'affaires de la légation de France en Bolivie, ont été trouvés à Rio-Grande-del-Sol, au Brésil, ce qui semble confirmer que les quatre personnes voyageant à bord de cet appareil ont été victimes d'un accident
...commission d'enquête... M. Marin se proposerait notamment de poursuivre les enquêtes sur les avances de la Banque de France au groupe Oustric et sur l'affaire de l'Aéropostale.



1932/03/05 page 4
LA JOURNÉE  PARLEMENTAIRE Le budget (air)... Au chapitre 18, M. Denais réclama le rétablissement d'un crédit de 4 millions pour, l'Aéropostale, Il fit observer que l'Etat n'a pas payé à l'Aéropostale les subventions qu'il lui devait et que cette carence h'a pas été étrangère aux difficultés qu'a rencontrées la Société...  «Si l'on veut que l'exploitation continue et que les petits porteurs de bons de l'Aéropostale ne soient pas lésés, il faut donner au liquidateur les moyens nécessaires. Quand on s'est engagé à payer, il ne faut pas refuser les crédits de paiement.»...  



1932/03/14 page 4
Informations politiques. La commission des finances. Au chapitre 18, M. Germain-Martin présenta des observations sur la situation des obligataires de l'Aéropostale. MM. Ernest Lafont, Miellet, Liquière, Merlant formulèrent diverses remarques et le chapitre fut adopté ainsi que le 18 bis.

page 7
Mermoz tentera prochainement, à bord du Latécoère 38-0, de relier Dakar à Natal d'un seul coup d'ailes. Il s'agit là d'une liaison commerciale que Mermoz a été le premier à réaliser déjà, avec le Laté 28. Le nouvel appareil mis au point par Latécoère est un hydravion bimoteurs Hispano-Suiza 650 CV. Il peut réaliser une moyenne supérieure à 210 kilomètres à l'heure et emporter 500. kilos de charge utile commerciale. Son poids en ordre de. marche est de 10.600 kilos. Jean MerjnoZ n'attend plus que des circonstances atmosphériques favorables. Il a confiance dans son appareil dont les essais à Biscarosse ont été très satisfaisants. Au moment où la concurrence des dirigeables allemands «Zeppelin se fait craindre, il serait à souhaiter que l'Aéropostale arrive à assurer régulièrement la liaison aérienne entre l'Afrique et l'Amérique du Sud. A.R. Note Le Laté 38-0 ne quitta jamais son hangar de Biscarosse, bien que d'autres appareils du même type eussent été livrés à la Marine Nationale



1932/05/26 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 9 au 15 mai 1932 par la Compagnie Générale Aéropostale France-Espagne-Maroc, 113.082 France-Algérie, 25.431 France A. 0. F. 17 347 France Amérique du Sud, 21.138; Amérique du Sud-France, 30.520. Total 207.518 lettres.



1932/06/05 page 8
L'accident de Goulette et ses causes... Des premières constatations effectuées par les techniciens français envoyés en Italie pour enquêter sur les causes de la mort de l'aviateur Goulette et de ses compagnons,... L'avion piloté par Mermoz et ayant à son bord les aviateurs Assolant et Gimié, est arrivé à  l'aérodrome de Marignane vendredi, venant d'Ostie... L'activité de l'Aéropostale... Nombre de lettres transportées dans la semaine du 23 au 29 mai 1932



1932/06/12 page 8
Activité de l'Aéropostale.  Nombre de lettres transportées, dans la semaine du 30 mai au 5 juin 1932, par la Compagnie générale aéropostale France-Espagne-Maroc, 117.262; France-Algérie, 28.275 France-A.O.F., 15.820; France-Amérique du Sud, 21.700; Amérique du Sud-France, 31.165. Total:
214.222 lettres.



1932/07/03 page 7
Pub et Nombre de lettres transportées dans la semaine du 20 au 26 juin 1932 par la Compagnie -Générale Aéropostale France-Espagne-Maroc, 124.091; France-Algérie, 25.115; France-A.O.F., 17.440; France-Amérique du Sud, 22.984 Amérique du Sud-France, 31.592. Total 221.222 lettres.



1932/07/17 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 4 au 10 juillet 1932 par la Compagnie générale aéropostale France-Espagne-Maroc (2 sens) 114.291
France-Algérie (2 sens) 26.47 France-A. 0. F. (2 sens) 17.321 France-Amérique du Sud 25.361 Amérique du Sud-France 32.641 Total. 216.101



1932/07/20 page 7
La Compagnie Aéropostale informe les personnes qui utilisent le courrier aérien pour communiquer avec l'Amérique du Sud que ses avions sont parvenus sans incident à destination. Le courrier parti du Chili le vendredi 8 juillet est arrivé à Toulouse le dimanche 17 juillet, en neuf jours, comme d'habitude. 
L'avion disparu dans la Cordillère des Andes est un appareil de passagers appartenant à une compagnie étrangère. La Compagnie Aéropostale a d'ailleurs mis aussitôt ses appareils et équipages à la disposition de la Compagnie Panamerican pour l'aider à retrouver cet avion.



1932/07/24 page 10
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 11 au 17 juillet 1932 par la Compagnie générale aéropostale France-Espagne-Maroc (aller et retour) 99194 France-Algérie (aller et retour) 21.207 France-A. O. F 14.485 France-Amérique du Sud 19.788 Amérique du Sud-France /29.318 Total 183.992



1932/08/14 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 1" au 7 août par la Compagnie générale aéropostale France, Espagne, Maroc et retour, 110.180 France, Algérie et retour,
25 680 France, A.O.F. et retour, 15.600 France, Amérique du Sud, 21.404 Amérique du Sud, France, 26.861. Total des lettres: 199.725.



1932/08/17 page 1
UN AVISO FRANÇAIS DISPARAÎT CORPS ET BIENS IL Y A VINGT-DEUX MORTS
On est, depuis samedi dernier, sans nouvelles de l'aviso qui transportait, de Natal à Dakar, le courrier postal en provenance de l'Amérique du Sud pour la ligne aérienne de l'Aéropostale de Dakar à Toulouse.



1932/09/04 page 6
Nombre de lettres transportées par Ja Compagnie générale aéropostale pendant la semaine du 22 au 28 août 1932. France Espagne Maroc (et retour), 107.560 France-Algérie (et retour) 25.508 Franee-A. O. F. (et retour), 15.061 France-Amérique- du Sud, 19.451; Amérique du Sud-France, 27.463. Total 195.043 lettres.  & PUB



1932/09/17 page 9
Mermoz a fait, hier, sur son avion de raid, un vol d'essai en pleine charge, avec 9.900 kilos. Il va apporter quelques modifications à son poste de pilotage et prendra le départ entre le 10 et le 20 octobre. En attendant, le célèbre pilote de l'Aéropostale reprendra son service de chef pilote sur ia ligne Marseille-Alger.Nombre de lettres transportées dans la semaine du 5 au 11 septembre 1932 par la Compagnie Générale Aéropostale. France-Espagne-Maroc et retour 109.735 France-Algérie et retour 26.850 France-A. 0. F. et retour 14.577 France-Amérique du Sud 16.797 Amérique du Sud-France 27.682. Total 195.641 lettres.  



1932/09/25 page 7
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 12 au 18 septembre 1932 par la compagnie générale aéropostale France-Espagne-Maroc et retour  115.960 France-Algérie et retour 31.170 France-A. O. F. et retour 15.153 France-Amérique du Sud 21.320 Amérique du Sud-France 24.069 total 207.672 lettres.



1932/10/07 page 3
Le scandale de l'aviation. L'instruction s'est poursuivie, hier, par l'audition de M. Portais, directeur de l'Aéropostale, qui a duré quatre heures. Le témoin a confirmé les dires. de M. Bouilloux-Lafont et a expliqué dans quels les conditions il avait eu des documents en main... 



1932/10/12 page 2
LES SCANDALES DE L'AVIATION... M. Guernier, ancien ministre des travaux publics, M. Ducloux... Lucien Collin, dit Serge Luco... M. de Lubersac... M. Portait,... M. Mulquin a remis son rapport au juge qui a reçu la commission rogatoire concernant la Luft Hansa.



1932/10/13
page 2
Les SCANDALES DE L'AVIATION. Pendant la matinée, M. Brack, juge d'instruction, a entendu, durant trois heures, le commissaire Faux-Pas-Bidet, qui a claré dans quelles conditions il avait versé des mensualités à Luco en qualité d'indicateur précieux; Luco avait rendu de réels services aux recherches et donné de bons renseignements.



1932/10/14 page 5
LES SCANDALES DE L'AVIATION MM. BOUILLOUX-LAFONT PÈRE ET FILS POURSUIVIS. Le fait du jour est la décision du parquet de poursuivre MM. Bouilloux-Lafont père et fils... LES CAUSES En mai 1931, M. Hederer, contrôleur général au ministère de l'air, fut chargé par le ministre de vérifier la comptabilité de l'Aéropostale en liquidation judiciaire... LE NOUVEL INTERROGATOIRE DE LUCO: Colin, dit Luco, assisté de M* Raymond Hubert, a passé son après-midi dans le cabinet de M. Brack, juge d'instruction... D. Quelles ont été vos relations avec M. Weiller? R. Je l'ai connu en juillet 1930, par M. Livet, directeur du Cri du Jour, qui avait besoin de renseignements sur l'aviation française....  Weiller m'a versé 6.000 francs en tout pour mes articles... M. Faux-Pas-Bidet
lui versait 500 francs par semaine; il lui a compté 1.000 francs en septembre...





1932/10/16
page 4
LES SCANDALES DE L'AVIATION Le juge a ensuite entendu M. Guiboud-̃Ribaud qui, en octobre 1930, avait reçu, pour l'escompter, une traite de 30.000 fr. faussement signée Weiller par Collin dit Luco. Le témoin a déclaré que, s'il n'avait pas poursuivi à l'époque le faussaire, c'est qu'il avait été désintéressé... Le juge a ensuite reçu les experts graphologues Michaud et Bourgui,... Charles Picherie se faisait toujours accompagner de son «brigadier», André Wolff, le 25 janvier 1902, à Altkirch... Picherie compromis dans l'affaire de l'Aéropostale, ce dernier se fit passer pour M. Faux-Pas-Bidet.

page 8
Nombre de lettres transportées par la Cie Générale Aéropostale pendant la semaine du 26 septembre au 2 octobre 1932 France. Espagne, Maroc et retour



1932/10/19 page 2
LES SCANDALES DE L'AVIATION. L'instruction s'est poursuivie, hier matin, par l'audition de M. Moisan, collaborateur du liquidateur de l'Aéropostale, au sujet de cette liquidation. Le juge a ensuite entendu M. Goldsky qui connaît Luco.... la phrase suivante attribuée à M. Weiller «Bouilloux-Lafont est en train d'avaler un dernier faux.»... 



1932/10/23
page 1
Le témoignage du sieur Livet, qui avait mené une violente campagne contre l'Aéropostale, a établi en effet que Lucco lui servait d'agent de liaison avec M. P.-L. Weiller. Ils étaient donc en rapports, ce qu'ils avaient nié jusqu'ici énergiquement.

page 4
Dans l'après-midi, M. Brack a entendu M. Brunet, ancien employé de l'Aéropostale, et M. Fontan, inspecteur général de l'aviation, qui, avec Fournier, sous-gouverneur de: la Banque de  France, et Boniface, conseiller d'Etat, fut chargé par M. Painlevé d'examiner les faux documents.



1932/10/25
page 1
A LA CHAMBRE ...Enfin, une douzaine d'autres députés interpelleront sur divers sujets. Ce sont MM. Gellie, républicain de gauche (rentréé scolaire); Renaudel, socialiste (Aéropostale) Midol, communiste (scandale des lotissements) Garchery...

page 3
LA PLAINTE EN FAUX ET LES SCANDALES DE L'AVIATION... En somme, M. Bouilloux-Lafont n'a fait que répéter ce qu'il avait déjà dit au cours de l'information sur sa plainte contre X. en corruption de fonctionnaire...



1932/10/26 page 3
Les Scandales de l'aviation. M. Brack, juge d'instruction, a entendu hier matin un témoin de moralité... UNE INTERPELLATION: M. Ernest Lafont a déposé une demande d'interpellation sur l'affaire de l'Aéropostale et les sanctions qui doivent en sulter.



1932/11/06 page 8
NOUVELLES AERIENNES. Nombre de lettres transportées dans la semaine, du 24 au 30 octobre 1932, par la Compagnie générale Aéropostale France-Espagne-Maroc et retour, 115.700 France-Algérie et retour, 27.300 France-A. 0. F. et retour, 16.903 France-Amérique du Sud 24.360 Amérique du Sud-France, 23.527. Total 207.790 lettres.

Hors sujet. Le
voyage de Challes en Italie et en Yougoslavie Challes, pilotant un Bréguet Gnome-Rhône K-14 à compresseur, s'est envolé hier matin de Villacoublay à destination de l'Italie et de la Yougoslavie. Challes est accompagné de Desseigne. Il va faire avec cet avion prototype des records d'altitude, des essais pour l'adaptation des Bréguet 19 yougoslaves des moteurs Gnome-Rhône. Le capitaine Challes reviendra à Villacoublay en pilotant un avion yougoslave sur lequel sera adapté le nouveau moteur Hispano à compresseur.... Challes et Desseigne...



1932/11/10 page 4
LES SCANDALES DE L'AVIATION. M. Brack, juge d'instruction, a entendu M. André Tardieu, ancien président du conseil, sur la lettre Renaitour. Le témoin a reconnu qu'il avait eu le document entre les mains, mais qu'il l'avait rendu à M. Bouilloux-Lafont, sans y attacher la moindre importance.



1932/11/17
page 1
LA POLITIQUE LA DÉMAGOGIE DÉMUNIE. ...Jeudi dernier, c'était le scandale des fraudes fiscales demain,  ce sera le procès de l'Aéropostale. La confusion des pouvoirs s'installe et devient un système...

page 3
Le Conseil de cabinet a examiné la situation politique ...En ce qui concerne les interpellations sur l'Aéropostale, les ministres intéressés ont fait connaître les grandes lignes de leurs réponse...

page 4
INFORMATIONS POLITIQUES L'affaire de l'Aéropostale. M. Paul Painlevé, ministre de l'air, a fait, hier, un exposé devant la commission de l'aéronautique de la Chambre, sur l'affaire de l'Aéropostale. Voici le procès-verbal de cette audition:.... 



1932/11/19
page 1
LES SOCIALISTES MÈNENT LEUR JEU Pourquoi M. Renaudel a-t-il porté hier l'affaire de l'Aéropostale à la tribune de la Chambre?

page 3
Le scandale de l'Aéronautique marchande. La REVUE HEBDOMADAIRE a publié, dans sa dernière livraison, une curieuse et attachante étude, signée de «trois étoiles, et qui a trait au scandale de  l'Aéropostale. Tout s'est passé, écrit Jacques Ditte, dans l'Ami du Peuple, comme si quelqu'un avait intérêt à ce que cette affaire éclatât.»...
LES SCANDALES DE L'AVIATION M. de Lubersac, qu'assistait Me AddéVidal, a été interrogé hier, par M. le juge Brack, sur la plainte de la banque Lepercq. L'inculpé ayant désintéressé cette banque, qui lui a signé un reçu de tout compte, la plainte a été retirée....

page 4
LA JOURNEE PARLEMENTAIRE L'affaire de l'Aéropostale 



1932/11/22 page 1
La Chambre reprendra jeudi après-midi le débat sur l'Aéropostale. Elle aura à fixer, vendredi soir, la date d'une autre série d'interpellations, celles de MM. Scapini et Dommange, députés de Paris, sur les courtages versés aux banques à l'occasion de l'opération de conversion des rentes. Un tel ordre du jour promet une semaine politique agitée.



1932/11/24
page 4
LES SCANDALES DE L'AVIATION. M. André Bouilloux-Lafont arrêté M. Brack, juge d'instruction, a notifié hier matin à M. André Bouilloux-Lafont le mandat  qu'il avait délivré contre lui puis l'a fait écrouer à la prison de la Santé... Ajoutons que Me Daumas, défenseur de l'inculpé, s'étonne d'autant plus de cette arrestation qu'avant-hier, en quittant Bouilloux-Lafont, M. Brack lui dit: «A jeudi, pour la suite de la confrontation.»...





1932/11/25
page 1
LA POLITIQUE PRÉPARATION AUX EMPRUNTS. Il faut réduire les dépenses... Les vieilles garanties qui protègent tous les accusés sont méconnues. On  révolte les contribuables bien-payants avec les affaires de fraudes fiscales, avec le scandale de l'Aéropostale, etc.

page 4
Salon de l'Aéronautique...grandes lignes aériennes, de 1919 à nos jours, la progression est éclatante, aussi bien sur la C. I. D. N. A., l'Air Union, l'Air  Orient, les lignes Farman, que sur l'Aéropostale...  Les scandales de l'aviation: Tout l'après-midi d'hier a été consacré à une confrontation générale entre M. Bouilloux-Lafont, Luco,  Picherie, Chereau et Livet, eh présence de Me Daumas, Brachet, Raymond- Hubert, Maurice Guerrier et Jean Lavât. LA SEANCE DE NUIT  M. Delesalle, rapporteur du budget de l'Aéronautique, préluda par diverses considérations sur la gestion technique et financière de  l'Aéropostale qu'il faut réorganiser au plus vite... Quand une affaire de fraudes fiscales est découverte, le parti socialiste s'en empare au point de prétendre qu'il suffirait de coffrer quelques fraudeurs  pour combler le déficit. Aujourd'hui, c'est l'Aéropostale demain, ce sera la Transatlantique, les chemins de fer; tout prétexte est bon au parti socialiste pour tenter l'étatisation.... 



1932/11/26 page 1
CONSEIL DE CABINET .... En raison de la longue séance de nuit consacrée aux interpellations sur l'Aéropostale, la Chambre ne siégea pas hier et
M. Edouard Herriot en profita pour réunir, à la fin de l'après-midi, en Conseil de cabinet, ...

page 4
LA FIN DU DÉBAT de L'AÉROPOSTALE - Ce n'est qu'à quatre heures du matin que s'est achevée la séance de la Chambre sur l'Aéropostale. Ce ne fut guère qu'une longue suite d'acres querelles de personnes qui ravalaient vraiment le débat un peu trop bas* Quel morne spectacle, en dépit des cris, des invectives des violences, et comme il honore peu une assemblée.... Après, .les explications de M. Flandin que nous avons rapportées, M. Renaudel dirigea contre l'ancien ministre une nouvelle attaque véhémente.... elle exprime aux agents de l'Aéropostale et notamment aux pilotes héroïques qui,  malgré lés circonstances, ont assuré la régularité des services des trois continents, ses sentiments de reconnaissance et d'admiration...Les scandales  de l'aviation: M. Brack a reçu hier le témoignage de M. Lacoste, administrateur, délégué d'Hispano-Suiza qui a vu dossier. Aujourd'hui confrontation entre MM. André Bouilloux-Lafont et Weiller...    LE XIIIe SALON DE L'AERONAUTIQUE ... 



1932/11/28 page 1
LE DÉSORDRE DANS LA MAISON... La tâche du gouvernement actuel avait été fort bien finie: remettre de l'ordre dans la maison. C'est l'anarchie qui s'installe. Un seul pouvoir demeure, le Soviet parlementaire qui absorbe tous les autres et que le socialisme mène. A propos des «fraudes fiscales», M. Jacques Ditte montrait hier, éloquemment, en quel dangereux mépris étaient tombés ces principes essentiels la présomption d'innocence et le secret professionnel. Le match Flandin-Blum-Renaudel a fait éclater un scandale parallèle et pire que tous ceux de l'Aéropostale, celui du Parlement s'arrogeant des droits en justice....





1932/11/30
page 1
LE VRAI SCANDALE DE L'AÉROPOSTALE Un ministre qui fait pression sur la justice Par JACQUES DITTE. ...deux ministres en fonctions et de nombreux députés ont pris, tour à tour, la parole pour crier au scandale contre la gestion de l'Aéropostale et pour piétiner sauvagement, avec une sorte d'acharnement hideux, un homme à terre...

page 2
suite... Car ce n'est pas seulement l'Aéropostale, entreprise magnifique de l'audace et de l'héroïsme  français, que l'on s'efforçait D'ABATTRE AU PROFIT DE L'ALLEMAGNE, ce n'est pas seulement André  Bouilloux-Lafont, emprisonné à la Santé, que l'on tentait bassement de déshonorer sans qu'il fût pour se défendre...



1932/12/01 page 3
Le POPULAIRE écrit:.... L'Humanité nous a accusés d'être subventionnés par des maisons capitalistes et de vivre grâce à des subsides de Sociétés capitalistes. Quand l'Humanité fait de la publicité pour l'Aéropostale commanditée par des Banques et subventionnée par l'Etat ne touche-t-elle pas de  l'argent des Banques et de l'Etat ?

page 4
Les scandales de l'aviation. M. Dartoit, directeur des services de presse à l'Aéropostale, confronté avec Luco, a déclaré que c'était l'inculpé qui avait  annoncé à M. André Bouilloux-Lafont le voyage de M. Chaumié à Berlin, disant qu'il tenait le renseignement de la disant qu'il tenait le renseignement de la police.... 

page 6
FIGARO-AERONAUTIQUE AU GRAND PALAIS AVIONS MILITAIRES ETRANGERS - LE MOTEUR EN ETOILE SALMSON Le spécialiste du refroidissement par l'air..   L'AVIATION COMMERCIALE: L'ABSENCE DE STATUT DE L'AVIATION CONTRARIE SON DÉVELOPPEMENT...  UN TRES BEL HYDRAVION GROS PORTEUR
Stand Lioré on voit... l'hydravion bimoteur de l'Aéropostale, transportant dix passagers sur une distance de 1.000 kilomètres... 



1932/12/03 page 4
L'affaire de l'Aéropostale. La commission de l'aéronautique de la Chambre a été saisie hier par le gouvernement du dossier de l' Aéropostale... sur l'urgence des mesures à prendre en vue d'assurer, avec le service des lignes de la compagnie, la sauvegarde des intérêts de la France.



1932/12/06 page 4
Les scandales de l'aviation... Revenant sur un des points que l'on croyait acquis, le juge d'instruction a confronté, une fois de plus, M. André Bouilloux-Lafont et M. Bourguignon, chef du cabinet du ministre de l'air, au sujet des voyages Chaumié naturellement, cette confrontation n'a donné aucun résultat,
les deux hommes ayant répété exactement ce qu'ils avaient dit.... Le magistrat a désigné les experts Bourgin, Michaud et Regnault, à l'effet de dire
si la lettre que M. Weiller a écrite pour recommander le beau-père de l'inculpé, a permis à Luco de confectionner tous ses faux. M. Veldurand, de l'Aéropostale, a témoigné sur les faits connus.



1932/12/07 page 4
...nous ne voulons pas d'entreprises d'Etat... M. Bernier, sous-secrétaire d'Etat à l'aviation, »Le présent statut ne règle pas l'affaire de l'Aéropostale pour laquelle le gouvernement doit apporter des propositions spéciales... M. de La Grange réclama une prompte solution.... En dépit des fautes et des erreurs,
dit-il, une œuvre considérable a été accomplie. Il ne faut pas la laisser péricliter. L'Aéropostale occupe des positions de premier ordre que l'on cherche à lui ravir. Il faut agir sans retard.



1932/12/14 page 8
A Toussus-le-Noble, De me que Desurmont et Girault, M. Arin, de l'Aéropostale termine son instruction pour obtenir le brevet de P.S.V. Le Comité Français de Propagande aéronautique vient de décerner les prix des pilotes de ligne créés par lui en 1929. Vols de jour (avions). 1ère rie Gambade (Aéropostale). Kilomètres parcourus 80.198. Vols de. nuit (avions ou hydravions): Rolland (Aéropostale).



1932/12/18 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 5 au 11 décembre 1932 par la Compagnie générale aéropostale... France-Espagne-Maroc (et retour) 
115.125 France-Algérie (et retour) 27.332 France-A. 0. F. (et retour) 18.425 France-Amérique du Sud 29.161 Amérique du Sud-France 35.811. Total 225.854 lettres... PUB



1932/12/19 page 4
Un commencement d'incendie s'est claré, à 17 heures, dans les hangars de l'Aéropostale, à Toulouse, par suite de l'éclatement d'une fusée éclairante placée sur l'un des avions en service. Les voitures de deux avions ont été partiellement brûlées ainsi qu'une partie du hangar sous lequel ils  étaient abrités. Le feu a été circonscrit au bout d'une heure d'efforts. Les services de la Compagnie ne souffriront en rien de cet accident.
1932/12/25
page 1 Avons-nous une politique aérienne?  Dans l'instant même où l'on donnait le premier assaut à notre Aéropostale à la tribune du Parlement français, le ministre de l'Air, LIVRAIT aux Américains sans daigner en avertir l'opinion publique, les droits d'escale en Guyane et aux Antilles..


1933 



1933/01/06
page 1
Un grand S.O.S. LA SÉCURITÉ FRANÇAISE  Par FRANÇOIS COTY... L'Aéropostale était aussi une grande œuvre française, conçue et exploitée par  des Français au profit de la France. Nous en avons été dépossédés perfidement, sans pouvoir jamais découvrir l'autorité responsable de notre arbitraire  dépossession. Comme l'Aéropostale... Et voilà que cet ensemble magnifique est détruit soudainement, brutalement, par une prétendue « Fatalité trop
constante, trop clairvoyante, nous dirons trop scientifique, pour avoir rien de commun avec le hasard... 



1933/01/22 page 8
Nombre de lettres trnsportées dans la semaine du 2 janvier au 13 janvier 1933 par la Compagnie Générale Aéropostale France-Espagne-Maroc (et retour), 118.000 France-Algérie (et retour), 25.500 France-A.O.F. (et retour), 16.950 France-Amérique du Sud, 21.200 Amérique du Sud France, 29.700. Total: 211.350.





1933/01/23
page 1
"L'Arc-en-Ciel" est arrivé à Buenos-Aires.... accueil indescriptible... Mermoz, Couzinet, le capitaine Mailloux, Carretier, Manuel et Jousse... Directeur de l'Aéropostale M. Colin-Jeannel... notre aviation commerciale peut s'enorgueillir d'un très beau succès... 

page 5
NOUVELLES AERIENNES. M. Verdurant, directeur général de l'Aéropostale... effectuer un voyage retour à bord du trimoteur "Arc-en-Ciel"...



1933/01/24
page 2
LE SEJOUR DE «L'ARC-EN-CIEL» A BUENOS-AIRES. L'équipage de l'Arc-en-Ciel, accompagné du directeur à Buenos-Aires de la Compagnie Aéropostale, rendu visite hier au président de la République, général Justo, qui a cordialement félicité les aviateurs français.



1933/01/29 page 4
POUR UNE AVIATION REELLEMENT FRANÇAISE. La Revue Hebdomadaire de cette semaine publie un article sensationnel «Chants de sirènes sur le Zeppelin», dont l'auteur anonyme avait écrit en novembre dernier une étude lumineuse sur l'affaire de l'Aéropostale. Il dénonce cette fois l'étrange complaisance que rencontre chez nous la propagande aérienne allemande, et il met en relief l'importance de ces défaillances en montrant que, dans tous les autres pays, l'aéronautique est impériale, «impériale avec véhémence», précise-t-il. Le ministère de l'air a malheureusement été créé à une époque le sentiment national subissait une éclipse d'où il n'est pas encore sorti. Notre aéronautique souffre congénitalement d'un profond désordre moral et politique.
Militaire ou civile, notre aviation coûte cher, et vient très loin derrière celle des autres grandes puissances. Doit-on, encore, accuser la fatalité ? Nous n'en croyons rien. La création d'un organisme d'intérêt national aussi important que la navigation aérienne exige de l'ordre, de la continuité et la coopération disciplinée de toutes les forces nationales intéressées. Chez nous, cela marche cahin-caha; chacun tire à hue et à dia, au grand profit des tricoteurs. Seulement l'adversaire du dehors entend faire son profit de cette gabegie, L'article de la Revue Hebdomadaire jette une vive lumière sur son cheminement, L. voir 



1933/02/03 page 3
Contre l'aviation française. Jacques Ditte pose dans l'AMI DU PEUPLE cette question: L'Aéropostale sera-t-elle dépossédée de ses droits au profit des Zeppelins et de la Lufthansa? ... Le plan est d'une tragique simplicité, écrit Jacques Ditte, on travaille à tuer l'aviation française pour permettre au zeppelin et à la Lufthansa de cueillir les fruits du labeur et de l'héroïsme français.... Pour achever, sous une formule qui ménage d'abord l'opinion publique, la déchéance commencée de l'Aéropostale, on a proposé à laChambre de «nationaliser la ligne». Un député aviateur, qui n'est cependant pas suspect de ménager les dirigeants actuels del'Aéropostale, M. Delesalle, a dit très nettement ce qu'il en fallait penser «Si vous nationalisiez cette ligne, je ne sais même pas si vous pourriez obtenir les concessions cessaires au cœur de l'Amérique latine. Mais ce dont je suis certain,c'est que, vous trouvant en concurrence avec des sociétés libres allemandes, américaines on anglaises, étant donné les mœurs administrativesfrançaises... par avance à un échec. (J. O. p. 3200.)...  



1933/02/07
page 1
James Mollison s'est envolé pour l'Amérique du Sud...  Non Il n'y a pas de Fatalité. L'Aéropostale aussi était une grande oeuvre française, conçue et  exploitée par des Français au profit de la France. Nous en avons été dépossédés perfidement, sans pouvoir jamais découvrir l'autorité responsable de notre arbitraire dépossession....



1933/03/21
page 4
L'AFFAIRE DE L'AERO-POSTALE. Au banc des accusés.. Des repris de justice, des escrocs, des maîtres chanteurs, des pseudo-journalistes, qui sont des informateurs de police, des faux policiers, qui se disent journalistes, un administrateur délégué d'une de nos plus grandes sociétés d'aviation aujourd'hui en déconfiture...



1933/03/22 page 4
L'AFFAIRE DE L'AERO-POSTALE Les débats sont confus, mais non point sans intérêt. Il y a au banc des accusés un homme, en effet, très curieux c'est  ce Collin....





1933/03/23
page 1
L'Affaire de l'Aéro- Postale Par GEORGES CLARETIE. Ce procès s'en va à l'aventure, balloté de droite à gauche et de gauche à droite, au hasard du tumulte, comme une barque sans pilote sur une mer démontée...

page 2
suite



1933/03/24 page 4
L'AFFAIRE DE L'AERO-POSTALE... Cinq minutes après, ce fut une belle cacophonie. Il y a, dans Le Malade imaginaire, une scène Argan et Thomas Diafoirus  parlent en même temps. Personne n'entend ce qu'ils disent et ils ne sont que deux. Ici, ce sont les dix-sept avocats bondissant, s'asseyant, rebondissant, comme lancés par un ressort, parlant dans le tumulte tous ensemble, un ballet en robes noires qui semble agrémenté de haut-parleurs, transmettant en même temps les émissions de tous les postes de T. S. F. de l'univers, mêlées de «parasites». Et jurés, magistrats, auditeurs, sont encore plus ébahis que Toinette devant les deux Diafoirus. Et pourquoi ce tapage ? Bien souvent à propos de rien simplement parce que tout se déroule dans
le désordre...



1933/03/25
page 1
LA REFORME DE L'ETAT... République, victime de la magogie en démence »....Politiquement, elle en est au triomphe des socialistes qui à leur groupe jouent les maîtres conseilleurs d'un Etat qu'ils veulent truire et qui ont soumis à leur loi un gouvernement qui gouverne pour eux moralement, elle en est à l'affaire Hulin, au scandale Sabatier, au procès de l'Aéropostale et à ses obscurités scandaleuses... 

page 4
L'AFFAIRE DE L'AEROPOSTALE Cinquième audience. Ah! quelle séance!... L'auditoire houleux avec des «mouvements divers»... Cette lettre montre que M. Weiller s'est servi du nom de Painlevé pour placer ses moteurs.



1933/03/28 page 1
LES HÉROS QUOTIDIENS L'on n'a guère fait, chez nous, de pièces sur l'aviation civile. Sitôt que l'on parle d'aviation, l'esprit se reporte à îa guerre et, en dépit du beau livre de M. de Saint-Exupéry, l'on ne porte pas assez d'intérêt aux pilotes de lignes. Leur destin est à la fois magnifique et obscur...  Je choisis auhasard, car tout serait à citer Janvier 1928. Launay, pilote de l'Aéropostale. Revient de Casablanca avec deux passagers à son bord. L'avion prend feu en cours de route. Il reste malgré tout à son poste, réussit à atterrir, tandis que ses mains brûlent devant ses yeux. Les passagers sont sauvés, mais Launay y perd ses deux mains, il ne lui reste plus que deux pinces. Il reçoit la Légion d'honneur à vingt-cinq ans.

page 4
L'AFFAIRE DE L'AEROPOSTALE L'audience de samedi avait été un tumulte. Celle-ci débuta dans le calme, et finit dans le calme. On peut même dire qu'elle fut morne. Les témoins entendus n'ont rien ajouté à ce que l'on savait déjà. Et lorsqu'on aura entendu neuf plaidoiries et un réquisitoire, on n'en saura pas davantage... 



1933/03/29 page4
L'AFFAIRE DE L'AEROPOSTALE Les débats s'acheminent vers leur fin. NOUVELLES AERIENNES ♦ L'aviso F.N.A.S. assurant Je courrier France-Amérique, a quitté Dakar hier matin, à 9h55, à destination de Natal, ayant à bord les aviateurs Mermoz, capitaines Carrelier et Mailloux, le radiotélégraphiste Manuel, composant l'équipage l'Arc-en-Ciel, ainsi que M. Verdurant, directeur del'Aéropostale, qui doit également faire le voyage Natal Dakar à bord de l'Arc-en-Ciel.



1933/03/30
page 1
LE VERDICT DE L'AFFAIRE DE L'AÉROPOSTALE Les débats se sont terminés à minuit. M. Bouilloux-Lafont a été reconnu coupable d'usage de faux et  condamné à un an de prison avec sursis. Collin le faussaire, à deux ans. Picherie, à un an. M. Jean de Lubersac est acquitté. suite page 4 

page 4
M. (André) Bouilloux-Lafont est condamné... un an de prison avec sursis, Il a entendu sa condamnation debout, extrêmement pâle, se raidissant à la  barre sur laquelle il appuyait ses mains crispées. C'était dramatique, douloureux.... Un concurrent, M. Weiller, a partie liée avec un fonctionnaire, disent  les pièces, cela explique l'opposition que rencontre l'Aéropostale à être renflouée.... Trois heures d'attente dans la fièvre.... Picherie se lève et d'une voix râpeuse: «Bouilloux-Lafont est innocent. Mais si je vous le jurais vous ne me croiriez pas. C'est Lucco qui a tout mené. Il y a un coupable, c'est Lucco»


1933/04/06
page 2
GAZETTE DES TRIBUNAUX. Le faussaire Luçco Collin, dit Lucco, condamne la semaine dernière dans l'affaire de l'Aéropostale pour faux, a de nouveau  comparu en justice. Cette fois en police correctionnelle. En 1929, il avait déjà contrefait la signature de M. P.-L. Weiller en fabriquant une traite de 15.000 francs qu'il avait essayé d'escompter. La 11° Chambre, après plaidoirie de M" Raymond Hubert, l'a condamné à deux ans de prison, peine qui se  confondra avec celle infligée par la Cour d'assisses̃ G. C.



1933/04/10 page 3
....a achevé le vote du budget. Le ministre de l'air, M. Pierre Cot, qui, la nuit même, partait en avion pour Istres, prit pourtant le temps d'expliquer qu'il allait réorganiser l'Aéropostale, qu'il donnerait au pays d'excellents avions de chasse, qu'il faisait étudier des avions-canons, qu'il envisageait la création d'un grand réseau aérien et qu'il n'oubliait pas l'Algérie. En bref, il fait de son mieux et il est enchanté d'être ministre. On passa ensuite aux budgets des P.T.T., où le ministre, M. Laurent Eynac, donna quelques indications sur la radiodiffusion et sur le téléphone.



1933/06/04 page 8
Nombre de lettres transportées dans la semaine du 22 mai au 29 mai 1933 par lp Compagnie Générale Aéropostale Francc-Espagne-Maroc (et retour),  96.807; France-Algérie (et retour), 25.300 France-A.O.F. (et retour), 16.200 France-Amérique du Sud, 25.300 Amérique du Sud-France, 32.015. Total lettres 195.622.



1933/07/30 page 7
Les prix attribués pour 1932 aux pilotes de lignes par le Comité de propagande aéronautique, sont les suivants. Prix pour les vols de nuit, à Goret, de l'Aéropostale, qui arrive en téte avec 42.695 kilomètres. Prix des hydravions, à Capillon, de l'Air Union, avec 114.430 kilomètres. Prix pour vols de jour avions (première série), à Durand, de l'Aéropostale, avec 84.710 kilomètres.


1936 
1936/11/10 page 1
DES AVIONS POUR L'ESPAGNE. Le dossier des livraisons... M. Léon Blum prit l'engagement solennel d'observer la neutralité... Quant à ces MM. X. de Barcelone ou de Madrid, pourquoi ne pas les nommer? Ils s appellent Navarro, ancien pilote de l'Aéropostale vers 1923, ou 1924, Allègre (rien de commun avec le directeur d'Air-France) Lafory. Ne croyez d'ailleurs pas qu'ils soient les seuls...  PREMIERE LIVRAISON. Quatorze appareils de chasse Dewoitine  D. 373 à moteur Gnome-Rhône K. 14 (hélice en prise directe). Ces appareils, construits par la firme Lioré-Olivier, avaient été commandés par la Lithuanie


1937 
1937/02/26 page 3
Hanoï, soit 10.920 kilomètres en 59 heures 59 minutes 49 secondes.  Voilà ce que Libert et Denis ont accompli., On peut classer, dès maintenant leur performance parmi les plus grands faits de l'aéronautique... révélation  d'un équipage de grande classe, comme il y en a beaucoup chez nous, on peut le dire, mais inconnus, hélas Libert, pilote militaire, dressé, par la suite à la rude école de la ligne avec Didier Daurat, l'un des animateurs de l'Aéropostale, sur les services d'Air-Bleu, fait la monstration de ses brillantes qualités et conquiert en même temps la plus belle des gloires.... 





1937/04/08
page 3
Le Portugal n'a pas accordé à l'Angleterre et aux Etats-Unis l'exclusivité de l'utilisation des Açores. Cette mesure était, en effet, contraire aux engagements que ce pays à pris en adhérant à la convention internationale de navigation aérienne, en vertu de laquelle toute base aérienne ouverte à l'aviation d'un Etat doit l'être également à celle de tous les autres. Cette disposition privait, d'ailleurs, de son caractère absolu le «monopole» d'escale aux Açores autrefois concède par les Portugais à l'Aéropostale. Si bien que la rupture de ce contrat ne nous a en réalité, fait perdre qu'une option sur certains  terrains utilisables par les avions. 





1939 
1939/08/11 page 1
LA « LIGNE MERMOZ » A VINGT ANS  

page 5
SUITE


La liaison postale aérienne France-Amérique du Sud
LE PROJET GOUVERNEMENTAL DEVANT LES COMMISSIONS

Le gouvernement avait, mercredi, saisi d'urgence la commission de l'aéronautique de la Chambre d'un projet de loi l'autorisant à signer une convention en vue de prendre la suite, sans interruption de trafic, de la Compagnie Aéropostale, laquelle ne peut, dans l'état actuel de ses finances, continuer à remplir son office de liaison aérienne entre la France, le Maroc, le Sénégal et l'Amérique du Sud. MM. Laval, président du Conseil, Flandin, ministre des finances, et Dumesnil, ministre de l'air, sont revenus hier à 18 heures devant les commissions réunies de l'aéronautique et des finances, pour exposer plus complètement la situation et persuader les deux commissions de rapporter rapidement le projet.
La séance s'est prolongée jusqu'à 20 h. 30. M. Pierre Laval, en sortant, s'est refusé à donner la moindre indication. Le communiqué publié à 21 heures n'est pas plus instructif. On a pu savoir néanmoins dans les couloirs que les ministres avaient signalé l'importance nationale du maintien de notre liaison aérienne avec l'Amérique du Sud, et les graves complications que l'arrêt du trafic pourrait entraîner. Le gouvernement a déposé son projet à dessein au dernier moment, pour éviter le dépôt de bilan de la Compagnie Aéropostale et d'une banque importante.
Les ministres ont exposé l'économie du projet substitution d'une nouvelle société à l'ancienne, l'Etat se réservant 51% du nouveau capital et s'assurant ainsi le contrôle de l'affaire. Le reste du capital serait souscrit par une puissante banque d'affaires. En outre, aux termes de la convention, une subvention annuelle de 80 millions serait accordée pour quatorze ans au nouvel organisme, et l'Etat garantirait une partie (135 millions) des obligations émises et une nouvelle tranche de 100 millions d'obligations à émettre.
L'Etat n'accepte de venir en aide à la Compagnie Aéropostale que moyennant la possibilité d'exercer un contrôle sévère, après un nouvel examen du bilan et l'abattement de certaines créances. Le bilan, dont le ministre de l'air a donné connaissance aux commissaires, appellerait en effet certaines remarques et ferait au moins apparaître des dépenses par trop somptuaires.
Les commissaires ont accueilli favorablement l'idée de prendre des mesures immédiates pour parer à l'interruption du trafic, mais l'assemblée a paru, par contre, dans sa majorité, appréhender de voir l'Etat prendre définitivement à sa charge une exploitation normalement déficitaire et dont, au surplus, on ne peut encore chiffrer ni le déficit annuel ni le passif actuel. Car si, suivant certaines indications, le passif atteint présentement 250 millions, dont 200 seraient exigibles, en regard de 25 millions d'actif disponible et de 175 millions d'immobilisations qui gagent une dette obligataire équivalente, ces chiffres mêmes sont contestés, vu l'ignorance où l'on se trouve de la situation financière des filiales de
la Compagnie et de ses débitrices étrangères. Certains membres de la commission des finances exprimaient dans les couloirs la crainte que le déficit n'atteignit un demi-milliard.
M. Léon Blum et les représentants du groupe S.F.I.0. ont présenté un amendement assurant la mainmise immédiate de l'Etat sur l'affaire, et la continuation du trafic par des mesures provisoires, notamment la nomination d'un comité de gestion doté d'une subvention de 5 à 6 millions, renouvelable de mois en mois.
Les socialistes ont fait cette proposition sans tenir compte de l'opinion de leur collègue Jules Moch, qui fait cependant partie de leur groupe. Mais celui-ci a accepté de rapporter le projet devant la commission de l'aéronautique sans avoir consulté ses amis. Aussi ont-ils considéré que son attitude n'engageait que lui-même.
La plupart des commissaires se montreraient favorables à l'établissement d'un régime provisoire qui éviterait la liquidation judiciaire, ainsi que l'arrêt de l'exploitation, tout en permettant une plus ample information sur la situation financière que l'Etat aura à endosser.
La commission de l'aéronautique se réunira de nouveau ce matin.
Une lettre de M. Bouilloux-Lafont
M. Bouilloux-Lafont, président du conseil d'administration de la Compagnie générale Aéropostale, déclare dans une lettre adressée à la presse que la dite Compagnie n'a souffert que de n'avoir qu'une convention de trois ans.
«Si la Compagnie, dit M. Bouilloux-Lafont, a cru devoir, dès le début, effectuer toutes les dépenses nécessaires à l'organisation complète de sa ligne, c'est que face à face avec des concurrents puissants et fortement soutenus par leurs gouvernements, elle a voulu gagner de vitesse ceux qui tentaient de lui barrer la route.»
M. Bouilloux-Lafont estime que, moyennant une prolongation de la convention actuelle, la Compagnie peut rétablir sa situation d'ici trois ans, et peut même espérer d'entrer dès l'année prochaine dans la période d'exploitation bénéficiaire. Retour dans le texte